Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 19:44

Salut tout le monde.


Est-il trop tard pour vous souhaiter une bonne année ? Je ne suis pas certain, mais c'est pas grave, soyons fous. Comme vous l'avez constaté, ce blog est à l'abandon, mais j'ai acheté un vrai nom de domaine pour en réouvrir un ailleurs, peut-être à l'identique au début. Un mieux, beaucoup mieux. Je me suis rendu compte à quel point overblog me sort par les trous de nez. Non, ce n'est pas une excuse pour ne pas écrire, mais croyez-moi, ça y contribue beaucoup. Je me suis donc décidé à passer sous Wordpress, mais ça nécessite des compétences et du temps que je n'ai pas forcément. Donc, vous retrouverez, si ça vous intéresse, le blog à l'adresse pourlamaingauche.fr d'ici je sais pas combien de temps. Mais vous le retrouverez, promis. Je vais devoir m'y atteler avec sérieux.

D'ici là, prenez soin de vous et de vos proches. J'espère que vous gardez la frite en toute circonstance. Pas certain que 2015 ait commencé sous les meilleures auspices, mais on va tous se sortir les doigts de la prise, pas vrai ?

 

À bientôt.

 

 

PS: les horribles pubs que vous verrez peut-être sont aussi la faute d'overblog. Pour des raisons indépendantes de ma volonté, j'arrive plus à m'en débarrasser depuis que j'ai arrêté de payer mon abonnement.

 


Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 23:58

Aujourd'hui c'est son anniversaire. Disons ça disons rien. 31 ans sans approximation, il y a longtemps elle est venue, elle a pas vu, elle a vaincu. Elle est repartie, ça fait une éternité, ça fait techniquement une éternité, une éternité cisaillée en tout un tas de mini éternités luisantes au soleil comme à la lune. Et au final, rien à sauver, rien à chérir. Des aéroports, beaucoup d'aéroports, avec des souffles dedans, des dos ramassés et des voix qui saturent dans les hauts-parleurs. Rien à aimer. Rien à préserver, sinon un trois-cent-soixante-cinquième d'année et des sourcils incrédules devant le calendrier.

 Alors joyeux anniversaire, qui sait. Joyeux anniversaire à toi qui fuyais. Joyeux anniversaire, oui. Continue d'abandonner, continue de taire. Pleine de joie, pleine de mystères tragiques, as-tu réellement existé, au final ? La question mériterait d'être posée, mais tu es fatiguée. Rassure-toi, tu es fatiguée. Joyeux anniversaire, oui. Cours bien. Embrase-toi, si c'est pas déjà fait. Abandonne et oublie. Pleure intérieurement et oublie. Pleure intérieurement et rends-toi compte que tout le monde t'aurais comprise, si seulement.

Joyeux anniversaire, tant pis pour toi.

 

27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 21:21

Monter en haut. Descendre en bas. Naître seul vivre seul mourir seul. Bannir les infinitifs. Insister pour bannir les infinitifs. Payer cher la caution. Déborder l'enthousiasme. Réciter les doutes. Rêver les désillusions. Maquiller les défaites. Travestir les souvenirs. Enterrer les projets. Exhumer les foirades. Ressusciter les visions. Embellir les visions. Repasser pour repasser. Rattraper sans trébucher. Calmer les promesses. Calmer la foi révolue. Retourner au Japon. Retourner au Japon. Retourner au Japon.


 

P1040842

 

 

photo: port de Yokohama, juin 2006. (merci au Tigre)

Published by injektileur - dans poyézie ou presque
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 23:33

A4 blanche virtuelle en approche. Elle me guette. À côté, dans la vie la vraie tout va bien, mais ici elle ne me quitte pas des yeux. Dans la vie la vraie tout va bien, s'entend, tout ne régresse pas. J'ai trop de choses à faire aux mauvais moments. J'aimerais dire allez vous faire foutre j'ai mon boulot à moi aussi. Je fais ce pour quoi vous me payez, sans faute. Mais j'ai mon boulot à moi. Alors arrêtez de m'appeler, arrêtez de m'appeler. Je suis gentil, je suis poli, je suis mal habillé. Exprès.

Je veux juste faire mon travail à moi, avec plein de pénombre, et juste après avec plein de lumières artificielles. Je resterai dans mon coin auquel personne croit, promis. Je suis gentil, je suis poli, je suis prévoyant. Je suis radin, je suis sale, je suis à l'heure sur mon programme. Donc laissez-moi écrire cette histoire qui me tient éveillé depuis... depuis... depuis depuis merde, les mois filent. La vie change, les rêves s'ancrent, les choix plantent. On se fait smiquer à fond, on déroule et renroule la vie sociale. On ne se projette pas. On veut juste finir quelque chose d'acceptable dans sa vie, et il va en coûter, oui il va en coûter.

On ne sait même plus par quel bout recommencer encore et encore. Il y a le doute chevillé, les prétentions affichées chaque fin de mois. Il y a s'habiller, se raser, se faire mousser, voire, se parfumer. Et il y a s'en foutre. Ainsi que le bonheur de s'en foutre.

Published by injektileur - dans insanités
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 21:21

Voilà ce qu'on m'a dit, le mois dernier, "revenez lundi" et donc je suis revenu lundi. Ma vie n'a pas changé d'un poil. Ou tellement peu. Sinon que j'ai une excuse de plus pour ne pas écrire tout ce qu'il faut que j'écrive.

Soulagement, puis fatigue, puis retour aux sources, puis lassitude, déjà. La vie ne change pas. On te dit de revenir lundi mais ta vie ne change pas.

 

Je vous souhaite une bonne Saint-Sylvestre. Buvez avec modération, surtout si vous conduisez.

 

Moi, pour faire la fête, parce que je suis un fou, pour la première fois (euh) depuis plus de quatre ans de blog qui me coûte bien bien cher en abonnement pour garder mon nom de domaine (oui) je vous mets un lolcat.

 

Parfaitement. Soyons fous. Soyons inventifs. Soyons nouveaux.


 

realistcat

Published by injektileur - dans insanités
commenter cet article
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 23:13

Vous connaissez, quand vous vous donnez un objectif simple, par exemple mettre à jour un blog au moins une fois par mois et que vous vous y tenez pas, et que vous vous rendez compte que vous êtes en plein dedans, à une heure près ?

Bah voilà, vous êtes moi.

Bon, donc quitte à écrire ici, autant le faire pour une raison, et me donner des excuses toujours aussi peu valides. Le roman avance tant qu'il peut. J'y étais presque, en fait, à deux doigts, et puis j'ai pas voulu le bâcler...

 

À part ça, je suis retourné sur twitter, avec pas mal de culpabilité, mais je me permets de le rappeller en mettant le lien ici.

 

J'y suis über drôle, n'en doutez pas.

 

Voilà, j'espère que chez vous tout roule. Ici, c'est carrément la fête.

Portez-vous bien et à très vite, qui sait.

Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 02:22

 

 

 

 

Mon amoureuse toute entière n'est que machine

Elle a un coeur, elle a un corps de métal, elle s'appelle Clora

 

Miroir, mon beau miroir, dis-moi qu'elle est la plus belle

dis-moi qu'il n'y a pas plus belle qu'elle dans le monde de Mad Smack Joga et de Subenoana*

 

Ma copine est une machine, une vraie machine, avec un corps de machine

parce qu'elle contient que des machines, c'est un droïde fabriqué par je sais pas quelle boîte

Elle est tellement magnifique avec son sourire froid et forcé, je peux pas lui résister

Ça doit être Dieu qui me l'a mise entre les mains pour me faire craquer, pas vrai, Clora ?

Cette année, la toute dernière mode est aux petites soeurs dynamiques, on se les arrache

"Attends, comme copine t'utilises encore ce vieux modèle-là ? T'es con ou quoi ?"

Ferme-la, toi, t'y connais rien, Clora, c'est bien plus que ça, c'est elle qu'il me faut,

la seule, l'unique, je sais bien que c'est qu'une machine, mais c'est ma moitié, mon âme soeur, et même contre tout l'or du monde je la remplacerai pas,

avec ses grands yeux, ses lèvres fines, les pièces détachées qu'on trouve partout

des cheveux de soie, des tissus artificiels, gentille et douce, juste comme je les aime

Y'a des fois où elle plante, c'est vrai ça arrive, mais elle est toujours là quand j'ai besoin d'elle

Ma belle, jamais j'ai imaginé une seule seconde que ça serait mieux si t'étais une vraie fille, je te jure.

 

Un jour, comme d'habitude, on a rendez-vous tous les deux

Elle est configurée pour arriver en retard

Elle est programmée pour n'appartenir qu'à moi

 

Tu es à moi tu m'appartiens, tu es à moi tu m'appartiens

Hey, les autres gamines ici-bas t'arrivent même pas à la cheville, Iron Girl

Tu es à moi tu m'appartiens, tu es à moi tu m'appartiens

Tu as uniquement été créée compatible pour vivre avec moi un amour de cinéma, Iron Girl

 

Iron Girl chérie, tous les garçons se cherchent une gentille grande soeur comme toi

Iron Girl chérie, habille-toi comme tu veux, je garde ton âme

Iron Girl d'amour, ma belle méchanoïde customisée d'origine

j'ai même la garantie constructeur, tu sais que quoi qu'il arrive tu resteras mienne jusqu'à ta fin

 

my darling my lover my lovely

 

Aujourd'hui c'est le jour de notre rencard, aujourd'hui c'est le jour de notre rencard

à l'endroit de d'habitude, à la gare de d'habitude, avec le programme de d'habitude

alors pourquoi elle arrive pas, non, elle arrive pas, elle arrive pas

mince alors, elle est peut-être en panne, bon, tant pis, je formate vite

et je l'envoie direct à la décharge ; au revoir, ma belle

 

Switch on

 

*Subenoana est le label de Dotama. Joga est l'un des DJ de ce label, compositeur de la musique de la chanson.

 

 

 

boku no koibito wa zenbu kikai de dekiteita

tetsu no kokoro to karada wo motta onna kanojo wa kurora

 

kagami yo kagami, kanojo yori kirei na ko ga iru no ka

subenoana, maddo sumakku yôga sekai de mottomo kirei datta kurora

 

kanojo wa kikai, hontô wa kikai, tetsu no karada de dekiteru kikai

nakami mo onaji, zenbu ga kikai, dokka no kaisha ga tsukutta doroido

kirei na mitame, sono gimu teki de, tsumetai egao ni muchû ni natta

kamisama, nan no tawamure da ? kanojo wo tsukutta nê hey girl

kotoshi no hayari saishingata wa genki ga torie no imôto taipu

"omae baka da nâ, mada sonna furui kishû wo kanojo ni shiteru no ka"

urusê, kurora wa sonnan ja nai, kanojo ga ii

kurora ga ii, tashika ni mashin, keredomo boku ni torikaeyô no nai josei da

ôkina hitomi, chîsana kuchibiru, pâtsu wa kono kishû wa dore mo onaji

namerakana kami, jinkô soshiki, ottori yasashii, boku no konomi

erâ wa okosu yo ? sorya tama ni, demo ite hoshii toki ni itekureru

kimi ga honmono no onna no ko dattara ii nante chitto mo omowanai

 

aru hi itsumo dôri, kanojo to machiawase o shiteru

settei dôri okuretekuru, boku no koibito wa puroguramu

 

kimi wa boku no mono, kimi wa boku no mono

hai, sokorahen no onna no ko wa mô sude ni kanawanai aian gâru

kimi wa boku no mono, kimi wa boku no mono

sekkaku da, seikaku wa gekiteki na ren'ai ga dekiru yô aian gâru

 

itoshi no aian gâru, zendanshi akogare no ottori shita onêsan taipu

itoshi no aian gâru, donna fuku kita tte iin da yo, kimi no sôru

itoshi no aian gâru, settei wa makasareta orijinaru mekanoido

mêkâ mo hinshitsu wo hoshô shimasu zettai ni boku no mono deitekureru

 

my darling, my lover, my lovely

 

honjitsu wa kanojo to machiawase dêto, honjitsu wa kanojo to machiawase dêto

itsumo no basho de, itsumo no eki de, itsumo no settei de, nanoni

kanojo wa konai, zutto konai, kanojo wa konai

maitta na, koshô kana, shô ga nai, shokika shiyô

kanojo wa haikishobun, gubbai hanî

 

switch on

 

 

 

DOTAMA - Kanojo wa Android / ma copine l'androïde (2010)

paroles : Dotama

musique : Joga

transcription et traduction française : injektileur

 

 

Bonjour à toutes et à tous. Je dois vous avouer que j'adore vraiment cette chanson. Je la trouve profonde, émouvante, triste, pleine de sens et parfaitement construite. Depuis la dernière fois, j'ai contacté Dotama-san lui-même par twitter et il m'a dit combien ça lui fait plaisir d'avoir quelqu'un en France qui traduit ses paroles. Il n'aurait jamais pensé être écouté aussi loin. Pour plein de raisons je suis en train de devenir fan de lui et je vais prendre le temps de vous traduire les chansons disponibles sur youtube. Celle-ci, comme la précédente, est un extrait de son premier album, "Ongaku Walkure", sorti en 2010, disponible sur Itunes, et que je vous conseille à 110%.

Son dernier album "Jûsangatsu" sort demain, donc j'en profite.

Subenoana est un excellent label japonais qui regroupe plein d'artistes très différents et plein d'idées, dont Dotama. Je vous mets ici le lien de leur soundcloud.

Portez-vous bien toujours.

Published by injektileur - dans traductions
commenter cet article
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 04:44

 

 

 

La musique est en crise et ça nous tue, la musique est en crise et ça nous rattrape

la musique est en crise et on la fuit, la crise et les musiciens

le disque est en crise et ça nous tue, le disque est en crise et ça nous rattrape

le disque est en crise et on la fuit, la crise et les musiciens

 

à moi, Valkyrie, à moi, je t'en supplie, Valkyrie viens à mon aide

à moi, Valkyrie, à moi, je t'en supplie, Valkyrie viens à mon aide

 

quelque part je trouve ça énorme, quelque part je trouve ça pourri

quelque part forcément y'a quelqu'un qui m'écoute, quelque part je fais ça pour lui

quelque part je trouve ça pourri, quelque part je sais que j'y perds

et quelque part je me bats seul avec 20 % d'espoir contre 80% de déprime

 

je sais bien que je pourrai jamais vendre mes chansons par millions,

mais je sais aussi qu'il est hors de question que je regarde derrière moi

tant pis si personne me répond say yeah quand je fais say ho, je me tiens droit sur la scène

je suis du genre MC tenace, même si la crise du disque c'est flippant

même si l'industrie des idoles c'est frustrant, quand nous on est pris à la gorge, au ralenti

les auditeurs, personne devrait avoir le monopole sur eux, alors laissez-nous-en

c'est pas non plus comme si je faisais ça pour l'argent, je chante juste par plaisir, par besoin

mais regardez tout le monde s'arracher les miettes du marché, les concerts payent plus rien

on télécharge tout, on télécharge n'importe quoi

on télécharge les images, on télécharge même les filles

 

un clic, une pièce, les objectifs de vente seront atteints

un clic, une pièce, cette musique elle vaut combien ?

 

mon déjeuner de demain, c'est le prix de ma chanson

mon café de demain, c'est le prix de ma chanson

ma facture d'électricité du mois, c'est le prix de mon album

ma facture de téléphone, c'est le prix d'un billet du concert de ce soir

 

quand et pourquoi et comment on a pu en arriver là

je sais pas, et je veux pas savoir

tant pis pour nous, merci pour nous, bonsoir

 

la loi martiale pour le hip-hop envoyé en première ligne au front de cette guerre

la fanfare qui gueule de plus en plus fort, la valkyrie qui me regarde crever

être né artiste comme les autres dans cette époque où la musique nous nourrit plus

et malgré tout ça la tête haute chanter avec fierté le prix de ce que je fais

 

combien pour ce que je suis, combien pour mon rap ?

combien pour mon beat, combien pour mon album ?

combien pour mon live, combien pour la passion que j'y mets ?

à combien vous estimez la valeur d'un morceau à moi sur le marché ?

 

la crise économique je m'en fous

c'est juste que ça me rend malade de me battre contre je sais pas qui

la crise économique je m'en fous

c'est juste que ça me rend dingue de devoir me chercher un ennemi

 

l'ennemi, c'est la star du rock, non, c'est plutôt la star de la pop,

c'est l'auditeur blasé, et les décideurs qui nous voient comme de la viande

ou les petites idoles virtuelles...

 

jusqu'à ce qu'enfin je me rende compte un jour que mon véritable ennemi c'est moi-même, et que j'y peux rien...

 

y'a quelqu'un qui s'est planté quand il a mis une étiquette et un prix sur la musique

la crise du disque et les musiciens

la crise du disque et les musiciens

y'a quelqu'un qui s'est planté quand il a mis une étiquette et un prix sur la musique

la crise et les musiciens

la crise et nous tous musiciens...

 

 

 

ongaku fukyô ni korosareru, ongaku fukyô ga otte kuru

ongaku fukyô kara nigeru, ongaku fukyô to myûjishan

CD fukyô ni korosareru, CD fukyô ga otte kuru

CD fukyô kara nigeru, CD fukyô to myûjishan

 

tasukete warukyûre, onegai tasukete warukyûre
tasukete warukyûre, onegai tasukete warukyûre

 

dokka de yabai to omotteru, dokka de dame da to omotteru

dokka de dareka ga kiiteiru, hazu da to shinjite yatteiru
dokka de dame da to omotteru, dokka de makeru to omotteru

demo dokka de niwari no kibô to hachiwari no zetsubô de tatakatteru

 

ore no uta ga issenman mai ureru koto wa zettai nai

sore wa wakaru demo ushiro muki wa mazui to jibun ni iikikasu

seihô ga kaeranakutemo shôkori mo nakute sutêji ni tatsu

akirame no warui MC, CD fukyô ga osoroshii

aidoru sangyô urayamashii, surômô de shimerareru kubi

dokusenkinshihô ihan de risunâ tachi wo bunbai subeki

okane no tame ni yattemasen, utaitai kara utattemasu

demo ongaku sangyô suitai kyôsô, ibento dai to kara no hako

 

subete no mono wa daunrôdo, kanô na kagiri daunrôdo,

eizô to ka mo daunrôdo, onna no ko mo daunrôdo

wan kurikku wan koin de uriage mokuhyô tassei o

wan kurikku wan koin de sono ongaku ikura na no ?

 

ashita no bentô dai, to ore no ikkyoku no kachi

ashita no kôhî dai, to ore no ikkyoku no kachi

kongetsu no denki dai, to ore no arubamu no kachi

kongetsu no denwa dai, to kon'ya no chiketto no ichimai bun no kachi

 

naze dôshite ittai itsu kô natte shimatta

wakarimasen, shirimasen, dômo sumimasen, ja sumimasen

 

ongaku gyôkai saizensen hippu-hoppu ni kaigenrei

ketatamashiku naru fanfâre, ore o migorosu warukyûre

ongaku urenai jidai ni umareta oretachi jishô âtisuto

soredemo hokori takaku utae, ore no ongaku no nedan wa ?

 

ore wa hau matchi, ore no rappu wa hau matchi

ore no bîto wa hau matchi, ore no arubamu wa hau matchi

ore no raibu wa hau matchi, ore no jônetsu wa hau matchi

ore no ongaku no nedan wa shijô kakkaku de ikkyoku tanka hau matchi

 

keizai fukyô a do ge ba fâku

dare to tatakatteru, honto maji kibun saitei

keizai fukyô a do ge ba fâku

teki wo sagashiteru jiten de maji kibun saitei

 

teki wa rokku sutâ, iya, teki wa poppu sutâ,

teki wa mukanshin na risunâ, sore to mo kuimono ni shiteru oeraisan

nijigen aidoru san

 

honto no teki wa chikara no nai ore datte koto ni hajimete kizuita no wa ittai itsu datta

ongaku ni nefuda o tsuketa dareka no misu datta

CD fukyô to myûjishan, CD fukyô to myûjishan

ongaku ni nefuda o tsuketa dareka no misu datta

ongaku fukyô to myûjishan, ongaku fukyô to oretachi myûjishan

 

 

DOTAMA : Ongaku Walküre / Valkyrie de la musique (2010)

paroles : Dotama

musique : Fragment

transcription et traduction française : injektileur

 

 

Bonjour à toutes et à tous. Les mois passent et je reste dans mon trip transcription et traduction de chansons japonaises. Celle-ci est bien moins populaire que les précédentes, mais je l'aime beaucoup. Je vous conseille vivement de regarder un peu ce qui est disponible de Dotama sur youtube parce qu'il y a du très bon. Même sans comprendre le japonais on peut apprécier son flow assez énorme et les musiques qui l'accompagnent.

 

À part ça, vous remarquerez que tous les mots d'origine étrangère sont transcrits depuis les kana, et pas depuis leur orthographe originale. C'est un choix arbitraire. J'ai considéré qu'en rap - encore plus qu'ailleurs - le rythme des mots est fondamental et qu'au final, même déformés, les mots d'un rappeur japonais ont une rythmique spécifique. Donc j'ai respecté ça.

 

(J'aimerais beaucoup vous traduire d'autres chansons, malheureusement, celle-ci est la seule dont j'ai trouvé les paroles... et je ne tenterai pas de faire ça à l'oreille...)

 

À très vite, portez-vous bien, toujours.

Published by injektileur - dans traductions
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 20:20

 

 

 

Battu par le vent sec je marche seul

jusqu'à atteindre le ciel de l'oubli

 

Je me perds dans mes pensées grises et belles

frustré de ne pouvoir effacer mes traces de pas

je me perds dans mes pensées vides et belles

avec ma rhapsodie intérieure comme seul soutien

 

Je me lamente à me dire que ça n'aura jamais de fin

et je m'accroche à cette histoire fondue comme la glace

 

Alors sous le ciel de velours j'entends un chant une voix

je fuis mes drames pathétiques et j'entends ma voix

 

La pluie est froide, j'allume une cigarette

je fais comme si je n'étais pas touché par tout ça

je voudrais aller de l'avant mais impossible d'oublier

je m'accroche à cette histoire dans laquelle j'étais enfermé

 

Sous le ciel de velours j'entends un chant une voix

je fuis mes drames pathétiques et j'entends ma voix

dans le ciel de velours qui tourne à vide c'est une voix que j'entends

ce triste ciel éclatant c'est bien ma voix que j'entends

 

Il paraîtrait qu'il est facile d'abandonner

mais pas pour moi, je le sais, pas pour moi

je me débattais à me dire que ça n'aura jamais de fin

mais cette histoire inachevée, c'est la mienne, je la garde

 

Sous le ciel de velours j'entends un chant une voix

je fuis mes drames pathétiques et j'entends ma voix

dans le ciel de velours qui tourne à vide c'est une voix que j'entends

ce doux ciel triste c'est bien ma voix que j'entends

 

Je crois en moi, j'ai confiance en moi, j'ai confiance en ma vie

 

Sous le ciel de velours j'entends un chant une voix

je fuis mes drames pathétiques et j'entends ma voix

dans le ciel de velours qui tourne à vide c'est une voix que j'entends

ce triste ciel éclatant c'est bien ma voix que j'entends

 

que j'entends

j'entends ma voix

je l'entends

je l'entends

 

Battu par le vent sec je marche seul

jusqu'à atteindre le ciel de l'oubli

 

 

 

 

kawaita kaze ni fukare hitori kiri aruiteru
bôkyaku no sora e tadoritsukeru made

haiiro de kirei datta omoi o sagashiteru
ashiato kesenai kara iradachi kasaneta kedo
kûhaku de suteki datta omoi o sagashiteru
boku dake no rapusodî ga tegakari de

itsumo kurikaeshita dake to fusaide ita
kôri ga tokekitta ato no sutorî mune ni daite iru

dakara berubetto no sora no shita utau koe wa kikoeteru
detarame no daunâ kawashiteru boku no koe ga kikoeteru

tsumetai ame ga fureba tabako ni hi o tsukete
sukoshi dake heiki na yousu de iyou
iki isoide itai keredo wasurete nai
toriko ni natta toki kimeta sutorî kyô mo daite iru

dakara berubetto no sora no shita utau koe wa kikoeteru
detarame no daunâ kawashiteru boku no koe ga kikoeteru
kara mawaru berubetto no sora de kitto koe wa kikoeteru
azayaka de kanashii kono sora de boku no koe ga kikoete iru kara

dareka wa akirameru koto ga raku to itta
seihantaisa to kokoro de omotta
itsumo kurikaeshita dake to mayotta kedo
mikansei da toshite mo ii sutorî mune ni daite iru

dakara berubetto no sora no shita utau koe wa kikoeteru
detarame no daunâ kawashiteru boku no koe ga kikoeteru
kara mawaru berubetto no sora de kitto koe wa kikoeteru
yawaraka de kanashii kono sora de boku no koe ga kikoete iru kara

I believe me, I trust me, I believe my life

 

dakara berubetto no sora no shita utau koe wa kikoeteru
detarame no daunâ kawashiteru boku no koe ga kikoeteru
kara mawaru berubetto no sora de kitto koe wa kikoeteru
azayaka de kanashii kono sora de boku no koe ga kikoete iru kara

 

kikoeteru

boku no koe ga kikoete iru kara

kikoeteru

kikoeteru

 

kawaita kaze ni fukare hitori kiri aruiteru
bôkyaku no sora e tadori tsukeru made

 

 

SADS : bôkyaku no sora / le ciel de l'oubli (2000)

musique et paroles : Kiyoharu

transcription et traduction française : injektileur

 

 

Bonjour à toutes et à tous. Je sais pas si je suis d'humeur J-Pop, mais bon, j'avais dit que je traduirais des trucs. Désolé pour la qualité de la vidéo, c'est la seule que j'ai trouvée.

Portez-vous bien.

Published by injektileur - dans traductions
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 16:16

 

 

Un matin, le Père Noël est mort

et D'Addario Camaro* m'a donné

une autoroute, une mitrailleuse en sucre

la vague frontière a disparu

 

J'avais pas envie de tourner au tournant

alors j'ai lâché le volant

la comptine s'est déchirée en deux

et elle a fait pleuvoir

 

Si j'étais né sur une étoile d'hiver

est-ce que je ressemblerais à Sharon ?

des fois, j'y pense, vraiment, des fois

Hé Sharon, tout ce que je veux,

c'est cette température transparente

quand elle s'échappe de la lune

c'est tout, vraiment, c'est tout, Sharon

 

Le métro chante sa mélodie

personne la connaît, mais tant pis

y'a un lapin qui est mort de tristesse

et ça m'a même pas surpris

 

Si j'étais né sur une étoile d'hiver

est-ce que je ressemblerais à Sharon ?

des fois, j'y pense, vraiment, des fois

Hé Sharon, tu vois, du verre bleu dans son bec,

le corbeau rose qui vit dans le désert,

il s'envolera vers les tournesols, un jour, Sharon

 

Là, à tous les coups elle est partie à Parco**,

et elle a dû se trouver un décoloré avec qui coucher

parce qu'elle sait bien que le pays des merveilles

il existe nulle part dans ce monde

 

Si j'étais né sur une étoile d'hiver

est-ce que je ressemblerais à Sharon ?

des fois, j'y pense, vraiment, des fois

Hé Sharon, tout ce que je veux,

c'est cette température transparente

quand elle s'échappe de la lune

c'est tout, vraiment, c'est tout, Sharon

*D'Addario est une marque de cordes de guitare, Camaro un modèle de Chevrolet
**chaîne de centres commerciaux japonais

santa kurôsu ga shinda asa ni

dadario-kamaro ga kureta

kyandi-haiuei amai mashingan

bôdarain ga nijinde kieta

 

kâbu o magaritaku nakatta

handoru kara te o hanashita

komoriuta ga mapputatsu ni

hikisakarete ame furaseta

 

fuyu no hoshi ni umaretara

sharon mitai ni nareta ka na

toki doki omou yo toki doki

ne sharon tsuki kara nukedasu

tômei na ondo dake

hoshii yo sore dake sore dake

sharon

 

chikatetsu ga utau merodî

dare mo shiranai merodî

kanashii kara usagi wa shinda

sonna koto wa wakatteta no ni

 

fuyu no hoshi ni umaretara

sharon mitai ni nareta ka na

toki doki omou yo toki doki

ne, sharon sabaku de kurasu

pinku no karasu aoi garasu kuwaete

himawari e to yuku n darô sharon

 

ano ko wa kitto paruko ni demo

itte imagoro wa chapatsu to

nemutteru darô

wandârando wa

kono sekai ja nai tte koto o

shitteru kara

 

fuyu no hoshi ni umaretara

sharon mitai ni nareta ka na

toki doki omou yo toki doki

ne sharon tsuki kara nukedasu

tômei na ondo dake

hoshii yo sore dake

sore dake sharon


ROSSO : Sharon (2002)
musique : Rosso
paroles : Chiba Yûsuke
transcription et traduction française : injektileur

 

Bonjour à toutes et à tous. Ça fait un bail. J'espère que vous allez bien.

Les derniers gentils commentaires de Terra m'ont donné envie de me (re)mettre à quelque chose qui me trottait dans la tête depuis un moment : la transcription et la traduction de chansons japonaises que j'aime bien et qui ne sont pas trouvables ailleurs sur le net, encore moins en français. Français correct, s'entend. Celle-ci reste un classique que j'espère vous apprécierez.

Rosso est un groupe que j'ai découvert seulement en 2006, au moment de son dernier album et de sa séparation. Le chanteur Chiba Yûsuke a eu un groupe avant, Thee Michelle Gun Elephant, et joue depuis dans The Birthday. Je vous dirai pas que je suis fan de tout ce qu'il fait, mais franchement, il a une voix qui dépote, et il y a quelques chansons de Rosso, notamment celle-ci, qui valent le coup, et c'est pour ça que je voulais la partager avec vous.

Je chercherai d'autres choses sympa à transcrire et traduire, probablement encore de Rosso, une ou deux chansons avec des paroles cools.  N'hésitez pas à me faire des suggestions. Si ça me plaît, et tant qu'on ne les trouve pas déjà ailleurs - sauf en tant que vidéo youtube ou dailymotion, c'est plus pratique - je me débrouillerai pour faire ça au mieux.

Ça permettra aussi de faire vivre ce blog pendant que je continue de travailler sur mon roman.

 

Portez-vous bien toujours, et couvrez vous comme il faut en cet hiver qui caille sévère.

Published by injektileur - dans traductions
commenter cet article

Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme