Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 01:21

Oui, bien que ce ne soit absolument pas le but premier de mon blog, je crois que de temps en temps il faut, en tant que citoyen, s'exprimer sur ce qui se passe dans son propre pays. Profitons-en tant qu'il est en est encore temps. Le faire par écrit est évidemment un plus, car tout le monde sait ce que ça implique par rapport à des paroles dont personne pourra certifier l'exactitude plus tard.

Oui, au milieu de mes feuilletons ou autres notes de plus ou moins d'interêt, je tiens à rendre hommage à ce grand homme qu'est Eric Besson, ainsi qu'à tout le gouvernement dont il fait partie, sans oublier notre nabot préféré. Eric Besson, un grand homme, plein de savoir, de vertu, de compassion et de désintéressement, un homme prêt à tout pour ses amis, sans aucune arrière-pensée, jamais. Un homme plein de compassion, oui, courageux et intègre, toujours prêt à aller se confronter aux problèmes, et regarder dans les yeux les gens qu'il insulte. Un homme dont la bonté dépasse les frontières, c'est le cas de le dire, un homme qui, débordant de bonne foi, n'a jamais cédé à la facilité de s'enfermer dans les idées reçues pour prôner une soi-disant mise à mort de la bien-pensance. Un homme, surtout, qui sait s'entourer des bonnes personnes, et les récompenser de leur fidélité. Un homme de tout temps fidèle à ses idéaux de justice, d'égalité entre les hommes. Un homme pour le partage des richesses et l'équité de traitement entre tous les êtres humains. Un homme qui n'a jamais cherché à faire parler de lui par plaisir de faire parler de lui. Un homme, encore, qui sait poser les bonnes questions à son peuple, au bon moment. Un homme qui a de l'initiative, et de l'indépendance...

Bon, je fais caca ou tout le monde a compris? Ce type est une ordure, une vraie raclure de chiottes. Pardon pour la vulgarité constructive, mais depuis des mois je me retiens. Les politiques me débectent. Tous. Mais j'arrive à peu près à trouver des circonstances atténuantes à presque tous, et toutes. Pas à lui. Hortefeux a pour lui d'être resté aux côtés du nabot depuis le début. Fillon doit être pardonné, le pauvre, d'être aussi imberbe psychiquement. Frédéric Lefebvre me fait rire de pitié. Tous les ministres de l'éducation nationale peuvent être taxés d'immobilisme, avec en face d'eux l'un des milieux les plus immobilistes qui soient.
On arrive bien à retirer les cours d'histoire-géographie. Alors je suppose que dans quelques décennies Eric Besson, le nabot et toute sa clique pourront passer pour des grands hommes, oui. Mais j'espère sincèrement être mort avant de devoir passer par une avenue Nicolas Sarkozy ou une rue Eric Besson. Déjà que j'ai un mal fou à m'arrêter en métro à Bibliothèque François-Mitterrand...

On me criera dessus: c'est facile de taper sur les politiciens. Bien sûr, c'est facile. C'est tellement facile que tout le monde le fait, et se plaint, et quand parfois on sort gueuler dans la rue le nabot nous explique, tout fier qu'il nous entend mais qu'il n'en tiendra pas compte. Bien sûr, il a été élu, en partie à cause d'un machisme latent chez l'ensemble des Français et des Françaises également. N'allez pas croire que je sois un fan de Ségolène Royal. Loin de là. J'ai entendu et lu des témoignages de première main racontant qu'elle est insupportable de pédance. Comme toutes les "personnalités" de gauche, en fait. Jospin s'est lamentablement planté en 2002. Pour cette raison précise, et d'autres. La France n'a jamais eu la gauche qu'elle méritait. Elle ne l'a tellement pas, que quand le Vieux a claqué, elle s'est retrouvé à poil. Je m'en souviens bien. Et je n'étais pas du tout aigri à l'époque. J'aurais difficilement pu passer pour un aigri, je ne restais qu'un gamin qui ne connaissait rien d'autre, né l'année où le Vieux a été élu, pile un mois avant la promulgation de l'abolition de la peine de mort, et fier de l'être. Non, les politiques ne méritent plus leur place. Députés comme ministres ou sénateurs, ils sont tous dépassés, avares et accrochés à leurs multiples sièges comme une moule à son rocher.
Clémenceau disait que la guerre est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux militaires. Je pense que je ne serai pas le premier à dire que la république est une affaire bien trop sérieuse pour être laissée aux mains des politques.

Un jour, je me demandais, et demandais à ma mère, avec qui j'étais, pour une fois, ce qui selon elle, a changé en politique depuis la fin de la guerre. Elle m'a dit que pour elle, ce qui a fini d'achever la confiance du peuple, c'est le sens de l'honneur que tous les politiciens ont perdu. Car jusque dans les années 70, avant Giscard et Mitterrand et la politique spectacle, on peut considérer que les hommes politiques savait se tenir à une certaine éthique. De Gaulle, après 68, savait que les Français en a avaient assez de lui. Il était malade, et est parti On peut lui reprocher plein de choses mais jamais de s'être imposé à son peuple. Il avait prévenu que le référendum de 69 reviendrait à lui demander si on voulait qu'il démissionne ou non. Il a fait ce que les Français ont dit. Il a fait ce qu'il a dit. Point barre.

Le nabot ou Eric Besson et toute l'ordure traitresse qui les entoure n'arriveront jamais à la cheville, non pas de l'homme, car je n'ai pas plus d'admiration que ça pour le général, mais plutôt de l'idéal d'honnêté intellectuelle et de justice sociale dont le monde entier a plus que jamais besoin.

On me dira que je suis exigeant. Que ça a toujours été comme ça. Mais au XXIème siècle je pense qu'il faut juste se poser la question de savoir pourquoi tout devrait rester "comme ça" jusqu'au XXIIème ou XXIIIème, si la planète tient le coup. Oui, il est plus que jamais temps d'en demander trop aux politiques. Les députés doivent être plus présents, avec plus de pouvoir, ne jamais cumuler leur mandat, quitte à être un peu plus rémunéré dans leur tâche nationale. Pareil pour les sénateurs et les ministres. Notre pays (je dis notre non pas par fierté, mais par désir d'appartenance, me disant que très peu d'étrangers doivent lire mon blog aujourd'hui) a besoin d'une Assemblée Nationale forte comme jamais, au lieu d'avoir une sorte d'empereur tout pourri à sa tête, devant qui la non moins pourrie "union pour la majorité présidentielle" tremble à la moindre incartade. Sera-t-il utile de préciser qu'il ne doit PAS y avoir de majorité dite "présidentielle"? Que le président de la République reste le président de TOUS les Français? Combien d'années faudra-t-il pour que le nabot et sa cour des miracles soit mis réellement en face de leurs responsabilités,  de leurs promesses ou autres grands discours nauséabonds?

Mais les députés sont des lâches cupides. Ils ne pourront jamais voter des lois qui iraient contre leurs interêts. Et la majorité encore moins contre le nabot et ses successeurs, de droite comme de gauche. Facile, ce que je dis? Poujadiste? J'assume, de mon côté. Que nos dirigeants fassent leur boulot, déjà. C'est plus réalisable, non? Non? Sincèrement? Bon eh bien qu'avons-nous à faire dans ce monde, alors?
 
Bref, vive Eric Besson.
Vive la pourriture que j'affectionne tant. Vive le débat sur l'identité nationale. Ce sont des questions absolument essentielles qu'il faut se poser aujourd'hui, au moment où tout le monde a les yeux rivés sur Copenhage, sans trop d'espoir. Chez Yann Barthès, j'avais vu et entendu un homme âgé dire avec plein d'élégance et d'humour "je suis Français parce que je vous emmerde". On ne pourrait mieux résumer ma pensée.

Pour celles et ceux pour qui cette note paraîtrait mauvaise et sans fondement, je leur réponds qu'elle a été écrite d'une "traître".

Je me rappelle que le 1er mai 2002, accoudé à la barrière d'un balcon, aujourd'hui condamné, à droite des marches de l'opéra Bastille j'avais osé rêver, un moment, juste un instant, à un renouveau citoyen né de la fange. Je m'en veux beaucoup de ma naïveté. Mais, que voulez-vous, j'avais 20 ans, j'étais déjà bien fatigué, alors on me pardonnera mes égarements...

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans gueulantes
commenter cet article

commentaires

AnGeLe 09/12/2009 19:35


Il faut le dire. Il faut s'exprimer. Dire ce que l'on pense, c'est primordial. Je pense que c'est loin d'un
"je-veux-à-tout-prix-aller-à-l'encontre-du-pouvoir-et-si-possible-me-faire-admirer-pour-mon-courage". Quand on a un talent pour l'écriture, pourquoi se cantonner à ce qu'on croit savoir faire de
mieux ? Pourquoi ne pas être honnête ?
Vive les pamphlets, les réquisitoire, etc ... !!!


injektileur 09/12/2009 19:55



merci et merci à chaque fois pour ton soutien, c'est le plus important pour moi. ^^
et oui il ne faut jamais oublier de s'exprimer par écrit sur des sujets tels que ceux-ci, même si mon blog n'est pas à la base ouvert pour ça.


Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme