Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 05:18

Ou se rendre compte qu'il y a des sujets qu'on n'avait pas forcément envie d'aborder, voire pas envie du tout d'aborder avant de se rendre compte de façon plus vive que oui, le naturel est ce qu'il est, la fatigue aussi. Mon naturel à moi ne reviendrait pas au galop, mais plutôt dans un gros hummer bien pourri.
Peu importe.
Cela va faire à peu près, attention calcul mal de tête, 11 ans que j'ai complètement arrêté de travailler le piano après 11 ans d'études plus ou moins poussées. J'avais mon tout petit niveau. Mais surtout, oui, j'aimais ça. Je le sais, maintenant. J'adorais ça, mais je ne supportais pas ne pas être à la hauteur de mes exigences.
J'entendais ce que j'entendais sur mes disques préférés, à la radio ou même à la télé, et je comprenais très tôt que je vieillissais très vite et que je n'aurais jamais la patience, l'énergie et l'intégrité consciente pour réussir à être parmi les meilleurs et réussir à en vivre, alors que le simple fait de m'imaginer professeur me rendait malade. Au-delà de tout ça la fin de mes "études" en tant que tel est, je le réalise un peu plus avec les années qui passent, un (petit mais si significatif) drame personnel dont non, je ne me remettrai jamais. J'ai été une nouvelle fois bien con, et rien que de poser mes doigts sur un clavier me donne envie de hurler. Il faut savoir que si, contrairement à d'autres instruments (comme la harpe, ou la guitare), reprendre le piano ne fait pas mal physiquement, il est malgré tout très douloureux de voir comment vos doigts ont dépéri.
Pourtant, en ce qui me concerne, ce n'est pas trop la rigidité cadavérique de mes doigts qui me dégoûte le plus. Non, ce sont mes avant-bras que je ne supporte plus. La fatigue ultime qui fait que je ne tiens même plus 20 minutes ou une demi-heure de gammes avant d'envoyer tout bouler autour de moi, au moins par la pensée.
Mais me revoilà en train de me plaindre, alors que je voulais simplement faire un éloge peu original. Honte à moi.
On dit souvent de façon presque triviale que le piano est le roi des intruments. Un peu de la même façon que le lion est le roi des animaux. A la différence près que, sauf mon respect pour le lion, le piano est au centre de tout notre univers musical moderne, de façon active, alors que tout le monde sait que le lion n'est qu'un gros chat qui passe sont temps à attendre que les lionnes lui ramènent à bouffer. Plus sérieusement, le piano, il faut le répéter, est le seul instrument qui se suffise complètement à lui-même. De par son amplitude il rivalise avec l'orchestre et le remplace sans problème. C'est une merveille de technique à laquelle il est impossible de songer lorsqu'on l'entend ou qu'on en joue. Un peu comme un coeur qui bat.
Si certains instruments sont objectivement magnifiques à entendre seuls, comme le violoncelle, ce dernier n'a malheureusement pas reçu les honneurs des grands compositeurs classiques, et nombreux sont les violoncellistes à admettre que le répertoire n'est pas assez étoffé. Il n'y a assurément aucun problème de ce côté-là avec le piano. Quant au violon (seul, j'entend), si beaucoup ont écrit pour lui, et que son charme est, oserai-je préciser, inaltérable, certaines et certains y seront moins sensible. Ainsi, malgré ma vénération pour Bach, j'avoue que ses pièces pour violon ont tendance à me courir un peu, alors que je doute qu'il soit possible de se lasser des partitas pour violoncelle.
Dans le même ordre d'idée, ce sont les violonistes, violoncellistes, altistes, voire hautboïstes, clarinettistes qui créent littéralement leur son, avec leurs doigts ou leur souffle, leur bouche. Dans le piano c'est une question de "retranscription" de ce que l'on ressent. Il y a plus d'une trentaine de façon d'aborder la même note, avec les possibilités infinies que cela implique au cours d'un morceau. C'est avec lui que vous allez, pas à travers lui.
Là où les autres s'apprivoisent, lui se dompte. Comme un lion, ou un tigre, oui, probablement.
Bref, piano rulez. Je parlais de Bach, qui n'a jamais entendu ses oeuvres comme nous les entendons aujourd'hui. Mais qui irait crier au blasphème? Mozart non plus, n'a jamais composé pour le piano. Ni Beethoven, qui n'a le pauvre jamais physiquement pu l'entendre. Peu importe. Ce ne sont que Chopin et Lizt, entre autres, qui ont commencé à en entrevoir les possibilités réelles, rajoutant à cela leur virtuosité pour en faire, donc, le "roi" des instruments.
Mais je ne suis pas royaliste. Parce que le roi ne tient son pouvoir que d'un dieu imaginaire. Alors que tout le monde ou presque peut entendre le piano. Classique, jazz, rock, voire en samples, il est protéiforme et ultime. Il imite, il orchestre, il réduit, il parodie. Il parle. Et alors que pendant longtemps il était de bon ton de l'enseigner à toutes les jeunes filles (notamment) qui se respectent, son prix et ses mensurations l'empêche d'être l'instrument du tout venant, malgré d'excellents pianos électroniques (encore des merveilles de technologie). Depuis la possibilité d'enregistrer les sons, à la fin du XIXème siècle, jusqu'au Ipods d'aujourd'hui, la musique nous entoure et nous permet de n'avoir que le meilleur des interprétations des oeuvres, et de fait nous n'appréhendons plus ce que c'est que de jouer la musique. Non, le piano n'est plus "à la mode". Depuis longtemps. La guitare c'est tellement plus classe, tellement plus pratique tellement moins prétentieux. Mais penchez-vous sur les disques, allez aux récitals, écoutez les partitas de Bach, oui, les sonates de Mozart, la musique de chambre de Shubert et de Ravel, ou mieux, "Mikrokosmos" de
Bartók et vous comprendrez ce que je veux dire.
Le piano est à la musique ce que l'eau est à la vie.

et ceci est à mettre en regard de ce que je racontais sur les tsunami le mois dernier

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans divagations
commenter cet article

commentaires

Doddz 10/01/2010 15:17


Ahhh le piano. Je trouve que c'est un instrument si merveilleux. Pourtant, je n'ai jamais pu l'apprendre. J'en ai un dans ma chambre, si si... et je sais jouer la gamme de...do. Avec les doigts sur
les bonnes touches, je veux dire. Je n'ai jamais pu prendre de cours de piano parce que mes parents, eux, préféraient le violon, puis le saxophone. Mais je m'en veux, des fois, de ne pas leur avoir
fait par de mon attirance vers le piano qui est un instrument tellement beau.

Et je trouve incroyable de voir tout ce que Betthoven a fait malgré la surdité pour continuer à composer. Il faut dire que scier les pattes de son piano pour qu'il puisse ressentir les vibrations
lorsqu'il joue était assez incroyable...


injektileur 10/01/2010 20:35


j'ai rajouté un paragraphe "important" depuis ton commentaire, sauras-tu le retrouver? :p
pendant quelques temps j'ai eu la chance d'avoir un piano droit de très bonne qualité mais ce n'est pas pour autant que j'ai travaillé d'arrache-pied.
n'hésite pas à pianoter cependant, quand l'envie te prend. :)


Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme