Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 14:57

Un soir tard que je me rentrais à mon asile
je croisai une jeune fille, gracile mais peu docile
qui se mit à me déverser toute sa bile
sur mes petits pieds bancals

"Mademoiselle, mais que faites-vous?"
"Je me purge, Monsieur, je me purge, voyez-vous."
"Et de quoi vous purgez vous?"
"Mais des hommes, Monsieur, des mâles"

Elle n'avait pas fini sa phrase,
que la revoilà partie avec emphase
à vomir et provoquer en moi une nécessaire stase
"Je vous ordonne de cesser immédiatement!"

réussis-je à articuler tant bien
que mal à me libérer des liens
qui me tenaient au grand rien
de cette jeune fille sciemment

tellement proche de moi que ses cheveux propres se confondaient parfois avec les miens, sales.
sans me regarder elle chercha une petite bouteille d'eau pour se rincer la bouche et recracher le tout au loin, un peu pâle
"Que vous-ont donc fait les hommes, pour que me punissiez d'une telle façon?" refis-je, passablement chagrin.
"Ne vous-a-t'on jamais expliqué qu'un jour vous paieriez pour tout ce mal?"

"Non, Mademoiselle, j'avoue, et je n'y suis pas préparé le moins du monde"
"J'imagine que non, et c'est ce qui rend le sacrifice d'autant plus jouissif"
"Le sacrifice? Où êtes-vous allée pécher des visions si immondes?"
"Mais chez vous, faible et clopinant monsieur, raté parmi les ratés parmi les passifs"

C'était à n'y rien comprendre
"As-tu envie de moi?'
"J'ai surtout envie de rendre"
"Est-ce que, je répète, tu as envie de moi?"

"Non, aucune, sincèrement, aucune..."
"Bien, mon grand, grand bien te fasse"
"Mais je ne vous autorise pas à railler ainsi ma rancune!"
"Rancune il y a, donc, tu vois, petite rascasse!"

Elle continue et m'insulte
"Tu es petit, oui, et laid, et insignifiant et tu devrais rester reconnaissant que je t'aborde qu'elle qu'en soit la façon"
Elle sentait bon et ne semblait pas ivre.
"Tu es petit, et laid, oui, et je te fais l'honneur de devenir la proie de ma haine des hommes. Tu es petit, et laid, et je te fais l'honneur, oui, de comprendre à quel point je leur en veux."
"Et je n'ai pas mon mot à dire"
"Apparemment, non... En veux-tu aux femelles, toi?"
"Non."
"Menteur, tu n'es qu'un menteur, ce sont les cibles les plus faciles parmi les plus faciles!"
"Probablement, mais elles me sont aujourd'hui devenues par trop fragiles..."
"As-tu envie de moi, oui ou non?"
"Je l'ai dit, non, pas la moindre érection"
"Comment oses-tu, je te colle et te recolle et t'astique depuis plus de cinq minutes!"
"Je suis au-délà de ça, et ose m'élever au-dessus de l'animal en rut"

En colère soudain, elle attrapa ma main et la dirigea dans sa culotte, son sexe était impeccablement rasé, froid, sec et propre à l'excès.
"Moi non plus je n'ai aucune envie de rien, te dis-je! Et c'est pour ça que tu es en train de payer!"
"Outre le fait qu'elles sont très bon marché, mes chaussures sont vieilles et trouées,  je comptais les jeter d'ici la fin de l'année. Alors ne vous privez pas"
"Je te hais!"
"Je ne ressens rien, de mon côté!"
Alors que je prononçai ces mots, elle s'agrippa à moi franchement pour s'accroupir. Elle relèva sa robe et tira ses collants et sa culotte coton étonnament enfantine sur ses genoux, et se met à uriner sur mes pieds et les chaussures qui les protègent plus ou moins. Ne pouvant m'empêcher de regarder ce qu'elle me montrait, je remarquai grâce à bonne vision nocturne sa relative maigreur et de fines traces de lacérations au niveau du ventre et de l'intérieur des cuisses, ainsi que sur son pubis.
Elle se releva très vite, se servit de mon manteau pour s'essuyer, m'embrassa à pleine bouche pendant une petite dizaine de secondes et lança avant de s'enfuir à moitié
"Je vous hais tous autant que vous êtes, et je te hais toi aussi, espèce de larve!"

Je ne la revis évidemment plus jamais, et eus toute les peine du monde à nettoyer mes chaussures et tout le reste avant de me décider à les jeter.



(Bon, vraiment pas terrible, non, mais encore une fois, complètement de chez totalement improvisé, je sais pas ce que ça donnera quand je relirai ça dans quelques temps...)

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans nouvelles
commenter cet article

commentaires

Izzie 23/01/2010 14:45


Chargé comme une mule = dopé! :) Donc ce n'est pas sûr que ton texte passe le contrôle de relecture! :)
J'ai hâte de voir ce que ça donne quand tu n'es pas mal en point! :)
Soigne-toi bien :) Bon weekend!


injektileur 23/01/2010 16:08


mdr
je l'avais pas vu comme ça
merci beaucoup et à bientôt!

Izzie 22/01/2010 23:08


Tu n'es peut-être pas content de toi, mais je salue le fait que tu écrives malgré ta tortico-cervico sciatique! En même temps est-ce que ça compte alors que tu es chargé comme une mule?! :)


injektileur 23/01/2010 02:23


c'est très gentil (j'arrête de dire adorable sinon tu vas rougir, et moi aussi surtout ) de me rassurer comme ça
quant à la qualité de ce texte, que je continue de trouver largement médiocre.
en revanche, je n'ai pas très bien compris la deuxième phrase de ton commentaire... :p
est-ce en rapport avec nos discussions plus privées?


Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme