Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 04:27

Sachant que j'ai déjà parlé de mon amour du piano, cela va m'être difficile de revenir dessus. Mais je vais essayer de vous parler d'une pièce en particulier.
Il y a maintenant plus d'un an (je crois) je me suis rendu au théâtre du Châtelet pour assister à une des "leçons de musique" de Jean-François Zygel. Je connaissais le principe et apprécie beaucoup cet homme de savoir et d'échange, amoureux au sens littéral de la musique, de l'improvisation et pédagogue hors-pair (mode cirage de pompe off, je ne le connais évidemment pas en personne). J'y avais même convié mes amis, ne doutant à aucun instant que cela leur plairait.
Zygel présente un compositeur (ce soir-là, Liszt, que j'aime beaucoup) et entrecoupe ses explications de morceaux (parfois d'extraits) pour les étayer. Il le fait avec beaucoup d'humour et d'anecdotes et qu'on aime ou non la musique classique, cela finit forcément par intéresser tout le monde.
Pourtant, comme mon sujet n'est pas là, je vous conseille de chercher par vous-même des extraits de ses émissions, et de jeter un oeil à son site internet, etc...
Non, ce dont je veux parler, c'est de ce qu'il a joué ce soir là, avec un violoncelliste dont j'ai oublié le nom: les "lugubres gondoles"
Je connaissais le morceau joué au piano seul (ici c'est une page youtube, avec un son pas trop mauvais) mais cet arrangement avec violoncelle m'a cloué à mon siège. J'ai redécouvert ce morceau que Liszt a composé sur le tard, vieux et "fini" artistiquement, alors qu'il ne se consacrait plus qu'à des oeuvres à caractère religieux. Et si la vidéo ne vous parle pas, je pense que c'est parce que plus que tout autre la musique classique doit être vécue "live" et j'oublie souvent à quel point c'est important et c'est pour cela que j'avais déjà écrit un article là-dessus.
Lorsque Zygel et ce violoncelliste ont joué ce morceau, je crois bien que j'ai vu ma propre mort, celle qui devait beaucoup effrayer quelqu'un comme Liszt qui, frivole voire volage dans sa jeunesse s'est tourné vers Dieu pour son salut auquel il s'est probablement résolu à croire. Je dis probablement parce que sa musique, ici, parle pour lui. Ou parle d'elle-même. Inquiétante à l'extrême, c'est la fin du romantisme qu'il signe là, selon moi.
Car avec lui c'est tout un pan de la musique du XIXème siècle qui s'éteint, ou du moins tout une certaine vision de la musique à cette époque. Le romantisme n'est plus de mise, les hommes et les femmes ont bien vieilli, oui. Wagner meurt en pleine gloire, Verdi aussi, plus tard, mais Liszt, lui, sera très longtemps considéré uniquement comme une bête de concert et un simple transcripteur, alors que son génie dans ce style mal-aimé ne sera jamais remis en cause, mais que ses compositions personnelles ne seront pas reconnues à leur juste valeur avant le 20ème siècle.
C'est une personnalité extrêmement attachante, avec une vie foisonnante et pleine de voyages comme on en faisait peu à l'époque, une vie de déboires sentimentaux et amicaux achevée dans un dénuement certain, et volontaire.
A l'écoute de ce morceau, je pense qu'il est difficile de ne pas s'attendrir à la mémoire de cet homme, star de son temps, n'étant pas mort aussi jeune que Chopin son "jumeau maudit" ou "frère ennemi" par exemple, et qui a toujours voué sa vie au piano et à la musique d'une façon assez hors-normes pour énerver au plus haut point les bien-pensants et les pète-sec d'alors.
Oui, ces "lugubres gondoles" portent bien leur nom, "plus que tristes", et la personne qui le leur a donné a aussi donné au monde la plus belle musique qui soit face à la Mort et au Temps et au Doute et à l'Infini.
Je n'arrive pas à imaginer que cette oeuvre soit l'oeuvre d'un dévot. Je n'y arrive pas. Elle est trop partiale, trop réaliste, trop lasse jusqu'à la souffrance et désespérée pour avoir été écrite par un homme qui croyait dur comme fer à son Sauveur et à sa place au ciel. Et c'est pour ça qu'elle me fascine, moi, le petit athée blasé et "féroce".
J'aimerais que Liszt nous dise ici qu'il s'est trompé, mais ce n'est qu'une vaine interprétation de ma part. J'y entends la voix d'un homme égaré, sur le point de mourir, qui s'affaiblit doucement, avec ses terribles sursauts d'angoisse et de détresse (post-romantique, donc, la détresse) face à sa propre fin.
Tout ceci n'est que ma modeste opinion personnelle, je ne sais si vous serez d'accord avec moi.
Vous n'y êtes pas obligés et vous le savez.
J'aurais des milliers de choses à dire, mais cet article ne me plaît pas dans sa forme, et je refuse qu'il soit trop long.
Je voulais juste, une fois n'est pas coutume, vous faire entendre un peu de (grande) musique. Non pas que vous ne sachiez pas ce que c'est. Juste que c'est ce dont j'ai envie, maintenant.

Et rien à voir, mais j'ai aussi envie de vous faire écouter un morceau qui évoque beaucoup de choses pour mon modeste moi moi je puisque je le jouais à peu près au même âge que ce gamin philippin: l'ostinato de
Bartók, tiré du 6ème livre de "Mikrokosmos" dont j'ai déjà parlé. Là encore j'ai choisi cette vidéo pour sa relativement bonne qualité sonore, et parce que ce garçon joue (très) bien dans l'esprit du morceau, malgré quelques fausses notes sans importance.
Nostalgie, quand tu nous tiens.
On était bien jeunes, et bien cons, mais la musique passait déjà avant tout le reste.
Sauf que je la jouais. Et que c'était mieux.
Inutile de pleurer comme les gondoles, ce qui est fait est fait, j'espère avant tout que les morceaux vont plairont.

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans divagations
commenter cet article

commentaires

Doddz 29/01/2010 14:30


Ahhh la musique classique restera toujours un de mes dadas. J'adore tellement l'époque baroque, classique et romantique, surtout pour leurs richesses musicales et les si beaux morceaux qui ont étés
créés. Peut-être que la monarchie, à l'époque, c'était ridicule et que ça brimait les compositeurs dans leurs compositions

"Allez crée moi une pièce pour ma nièce qui joue du piano. Maintenant."

mais je pense que de magnifiques chefs-d'oeuvres ont étés créés durant cette période et je trouve dommage que la musique d'aujourd'hui n'ait pas gardé cet aspect mélodique et lyrique. Étant une
grande fan des poêmes symphonique, j'ai toujours adoré les pièces qui racontaient une histoire sans qu'on ait à la voir. Pourtant, comme je l'ai dis plus haut, j'adore la musique classique et je
pense que n'importe quel thème devrait être écouté avec appréciation :)

VIVA LA MUSICA =D


injektileur 29/01/2010 22:49


ton commentaire parle de lui-même, comme la musique que tu aimes
merci


AnGeLe 29/01/2010 09:12


Je suis d'accord avec Ravi...


injektileur 29/01/2010 22:47


^^
j'espère que vous aurez l'occasion de vous rencontrer un jour
j'y travaille


ravi 29/01/2010 02:17


Il n'y a pas de doute, quand il s'agit de piano, on sent que tu maîtrises ton sujet. Cette note fais mouche, pas de doute, et on en re-demande! Nul divagation ici, je ne suis pas d'accord avec ta
classification. Que ceux et celles qui pensent qu'une catégorie "mélomane" (ou quelque chose du genre) a sa place sur ce blog plussoient!

Je garde un souvenir impérissable de notre séance au Théâtre du Châtelet où Zigel nous a présenté l'oeuvre de Ravel. J'aurai jamais pensé que le classique peut être aussi accessible et ludique à la
fois. J'espère réitérer l'expérience avec toi bientôt!

Continue à partager avec nous ta passion pour la musique. Concentre toi sur ce qui fais battre ton coeur, ce qui t'émeut encore dans ce monde pourri. On traverse tous des moments difficiles tous
les jours, même si on garde tout cela enfouis au fond de nous par pudeur ou par peur du regard des autres. On doit tous faire le tri, garder que le meilleur et laisser de côté nos échecs, nos
frustration, nos outils de jardinage ^^.

Tu as un vrai dont pour transmettre ta passion du piano. J'ai envie d'écouter Litz et Bartok en lisant ton billet, tout comme j'ai eu envie d'écouter Ravel après la leçon de Zigel. J'espère lire
d'autres notes dans cette veine. Et puis d'autres encore sur le Japon et sur les mangas, sur le cinéma que tu aimes et sur les filles sur lesquelles tu te retournes dans la rue et toutes ces rayons
de soleils qui illuminent ta vie.

Garde le meilleur et laisse les idées noires derrière toi, ta sensibilité mérite mieux que ce marasme pessimiste dans lequel tu te vautres à contre coeur.


injektileur 29/01/2010 04:39



c'est adorable, tout ce que tu me dis là, merci mille fois!

orokani 28/01/2010 19:14


merci pour ces sons qui prennent un tout autre sens quand l ' on en connaît l'auteur...


injektileur 29/01/2010 04:34


bonjour orokani (ton pseudo est chouette et ton blog... étrange XD ) et bienvenue à toi!
je t'en prie aussi, c'est avec plaisir que je tente de faire partager ma passion pour certaines choses à mes lecteurs
j'espère que le reste te plaira aussi
à bientôt


AnGeLe 28/01/2010 18:18


Merci pour ces découvertes !


injektileur 29/01/2010 04:32


de rien de rien je vous en prie ^^

Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme