Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 04:15

Alors alors alors, alors comme ça tu t'es dit que tu y échapperais ? Tu t'es dit que tu pourrais t'enfuir sans revenir une seconde sur tes lendemains ? Mais sois sérieux un peu, regarde autour de toi, ça rétrécit tellement que ta myopie tellement grave n'arrive même plus à te déranger. Tu te drogues de mondes identiques en diable et tu le sais, et tu ne fais rien pour changer quoi que ce soit, et autour de toi le monde s'agite en vain bien vain, et ça hurle dans les coins et tu n'écris plus rien plus une ligne plus un mot mais de ces minutes ces heures tu ne perds rien, tu t'étouffes ça alors, oui ça alors tu croyais cela impossible de se noyer soi-même et pourtant, alors, alors quoi ? Il n'y a plus rien à faire rien à sauver, en ce qui te concerne du moins, pour le moins tu dérives et tu t'y plais, non, j'en fais pas un foin mais avoue, avoue alors que si les pertes de temps qui s'accumulent grand angle, et les sereins ne me contredisent plus ils sont ... loin bah oui, loin, et il t'attendent avec l'espoir que ta fuite sache faire reluire leur ego de pragmatiques sans hygiène sans soins alors, alors dis-moi un peu ce que tu comptes faire maintenant que ta vue se brouille et que les mondes s'agglutinent tu les différencie même plus tu t'allonges sous la douleur sourde d'un muscle inconnu mais pas muet, grave chafouin, peu discret pas vraiment enclin à l'autoévaluation des limites, dis-moi un peu, les sereins t'attendent et ils n'ont rien d'oiseaux de mauvais augure, à peine réels tellement bornés à te faire avaler que c'est toi qui l'a, le grain, c'est toi qui le cultive, le grain, et non l'augure est pas bon mais l'augure est vrai et toi tu te vautres dans tes paradis universels bien malsains jamais loin où tu perds jamais pied où tu te réclames des pierres séculaires intransigeantes qui ne bougeront pas, non, ne bougeront pas d'un pouce ne cèderont pas la moindre parcelle de terrain sans fin la fin que seul toi connais puisque c'est la tienne que tu vois au... ah non, tout près.

L'herbe sous le pied coupée fraîche ou viciée qu'importe tu ne sens plus rien les sereins  hilares t'expliquent que les mondes dans lesquels tu voyages à perte et leurs fins absentes respectives respectueuses de ton indécision cathartique ne sont que des mirages concrets de ton mutisme coupable.

Alors alors alors, alors comme ça tu m'as pris pour un moins-que-rien ? Tu as raillé mes épithètes blasés ? Mes rimes délavées ? Et tu t'es dit que tu m'échapperais ?

Laisse-moi rire un brin.

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans poyézie ou presque
commenter cet article

commentaires

AnGeLe 24/06/2010 01:52


Oui, je crois, c'est un cercle vicieux. Y'a certainement de ce sentiment qu'on appelle le perfectionnisme qui nous empêche d'entreprendre (oui je me souviens de cette petite discussion) et qui fait
que l'on s'enferme dans certains trucs qui peuvent paraître insensés. Ce qui fait que l'on s'en sort pas, c'est qu'on n'est pas de ceux qui prennent ce que renvoie l'image de la société comme
quelque chose de vrai et d'absolu, loin de là. Et donc on n'arrive pas à s'y accrocher, à cette image... Mais je ne veux pas me faire caricaturale, il y a d'autres facteurs qui entrent en
jeu...
Enfin, tout ça pour te dire que je pense te comprendre et que ton texte résonne particulièrement à mes oreilles.
Encore et toujours ravie de te lire (et ce n'est pas du positivisme par nécessité ^^).


injektileur 24/06/2010 02:21



le perfectionnisme tue, dans mon idée.


merci toujours et encore toujours



AnGeLe 23/06/2010 20:13


Douloureusement beau.
La culpabilité, cette mégère qui ne fait souvent que fourrer son nez là où auraient certainement leur place des ressentis plus positifs...


injektileur 24/06/2010 01:42



exactement, on s'en sort jamais, ou bien mal en point :/ tu crois pas ?



Doddz 23/06/2010 17:21


c'est drôle, à mesure que je lis tes poèmes, je me rend compte que tu passe du point A au point B en allant visiter tous les recoins, tous les petits endroit qui les séparent. Je ne sais pas si tu
comprends mais admettons que tu es entrain de marcher alors que quelqu'un d'autre irait directement du point A au point B, toi, tu fais le maximum de détours possibles pour nous faire découvrir ce
qu'une personne normale n'aurait pas vu. Parfois, ça embrouille, ça rend myope, mais souvent, ça enchante.

Beau texte =D


injektileur 24/06/2010 01:41



XD je sais pas si tu connais, mais ça s'appelle la ligne shadock, ou la distance la plus longue pour aller d'un point à un autre XD


je le prend pour un compliment :p


et oui, c'est volontaire, dans ma poyézie j'aime bien tourner autour du pot pour ne rien dire. Et là, j'ose même pas dire qu'à la base, ça parle de jeux vidéo.



loulo 22/06/2010 19:24


raaaaah un peu de lecture, et de la bonne en plus!
En lisant j'entendais "twist" de Korn dans ma tête, je sais pas pourquoi, mais c'est bon...


injektileur 23/06/2010 04:15



transcription rapide approximative : imah ou ahaha rata imahou mba  > c'est ça ?



Blob 22/06/2010 12:53


Enfin de retour!!!!! Un espoir pour la suite de "nous sommes des monstres" ?


injektileur 23/06/2010 04:14



on sait jamais, un miracle, faut y croire ? :p



Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme