Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 04:16

 

 

 

 

 

Il paraît qu'il faut savoir se renouveller. Il paraît qu'il faut apprendre à surprendre constamment. Mais la neige est lourde sous les semelles. Le blanc-gris se fait gris opaque pesant sur les muscles. Vous ne savez pas vous renouveller, non, mais vous la connaissez bien cette envie insatiable de marcher jusqu'à ce que vos pieds saignent. Et quand vos pieds saignent vous ne pensez plus à vos bras pleins à céder de projets vidés de leur substance.

La part la plus passive de votre personnalité attend et attend encore l'étincelle, là où la boue glacée froisse le peu d'horizons visibles. Dans l'amalgame du brouillard du givre et des ressentiments avouables il y a la voix qui vous guide. Familière et inquiétante. Elle affirme avec force que la plénitude est de l'autre côté d'une forêt à peine allégorique. Tes projets n'aboutiront en rien. Tes projets n'aboutiront à rien mais moi, je serai de l'autre côté de la forêt. Dixit. Pour toi je viens de loin. Alors continue de marcher. Verbatim.

De fait vous vous laissez mener sans trop y trouver à rechigner. Mais le fait du fait est que vous n'avez plus envie de chercher à admettre que rassembler les éléments sur lesquels vous auriez la possibilité de rechigner vous serait... indéfinissable. Lassitude étudiée.

Alors vous continuez de marcher et vous ne sentez plus vos pieds. Célérité indéterminée tendant vers zéro. À l'esprit vous vient l'idée que plus lent que ça il n'existe que la marche arrière.

Je serai de l'autre côté de la forêt. L'immobilisme a ceci de rassurant que le risque qu'il implique ne se fait entendre que sur le long terme. Mais la marche quasi arrêtée vous entraîne comme une hypnose en brusque dévaluation.

Je serai de l'autre côté de la forêt.

Vous vous étiez pourtant promis de jamais n'accorder de crédit à ce genre de saletés. Mais cela ne vous retient pas pour autant de continuer de marcher comme quand vous arriviez encore à vous amusez de vos désillusions. De plus en plus lent et blême rougi de froid mordant vous savez que vous avez tout votre temps. Vous ne sentez plus rien et demain cesse de se prétendre un autre jour.


Je serai de l'autre côté et je t'apporterai mon amour.

 

 

 

(musique : to bring you my love - PJ Harvey. Vidéo youtube mise en ligne par astanapan1)

 

(je vois à l'instant que ce texte constitue mon 200ème article / youpi ?)

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans une zik une humeur
commenter cet article

commentaires

Georges 25/02/2011 16:49


un très beau texte encore


injektileur 26/02/2011 01:56



merci beaucoup ^^ à la relecture, je trouve que celui-ci va pas trop mal, donc je suis content que tu l'aies remarqué.



AnGeLe 10/12/2010 20:10


Le froid, le froid, le froid, tellement de sens qui vont dans le même sens.


injektileur 12/12/2010 09:46



X3 lapinou avec les moustaches qui frisent



Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme