Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 04:05

Vendredi soir, était-ce mon cerveau déjà lent encore plus ralenti par le froid, ou la solitude ultime de début de weekend qui m'a poussé à ce geste inconsidéré je ne sais, mais j'ai commis l'énorme énorme erreur d'appeller Mademoiselle A. pour savoir comment elle allait, étant donné que ma bonté d'âme me fait régulièrement m'enquérir de sa santé, mentale avant tout.
"Ramène-toi fissa" qu'elle me lâche, sans plus d'explication.
Comment ça, que je me ramène? Par ce froid? Elle me prend pour ce que je suis ou quoi? "Un larbin, voire un esclave, oui" finit-elle avant de raccrocher sèchement.
Je suis devant sa porte, essouflé (7 étages sans ascenseur, quand même, la princesse veut garder la forme) une heure plus tard. Elle ouvre la porte et sa tête à l'air beaucoup moins réjouie que la dernière fois que je l'ai vue. Je pense qu'elle n'aime peut-être pas trop que je m'incruste dans son intimité, alors qu'elle adore squatter celle des autres.
"Assieds-toi et mange" m'ordonne-t-elle en me désignant une grosse assiette de pâtes à la sauce tomate sur son bureau, avec ratatouille en prime. Ca sent très bon et j'ai très faim mais j'ai pris des résolutions en ce début d'année, je ne me laisserai plus faire.
"Non merci, ça va, je n'ai pas faim."
"Arrête tes bêtises, je te connais et je sais qu'à cette heure-là tu crèves de faim. Alors tu t'asseois, tu manges et tu fais pas chier!"
"Hiiik, bien Mademoiselle"
"Je t'attendais pour commencer d'ailleurs"
"C'est gentil"
"Un peu, mon neveu, que c'est gentil!"
"..."

Je ne préférai rien répondre et ne pas trop regretter la séance d'Avatar que j'avais loupée à cause d'elle. Je me demandais si elle ne lirait pas dans mes pensées. Et je me demandais si elle ne souffrait pas légèrement de troubles de la personnalité multiple.
Nous nous mîmes à manger sagement, sans bruit, et alors que j'avais presque terminé:

"Dis, gros..." GROS ?
"Vi? Euh... oui ?"
"J'ai quelque chose d'important à t'annoncer, et c'est pour ça que je voulais que tu viennes."
"Qu'est-ce que ce serait donc, Mademoiselle? Vous avez décidé de partir rejoindre Monsieur D.? Vous êtes enceinte? Vous avez décidé de réquisitionner mon studio?"
"Non, mais tiens, tu me donnerais une idée..." Aie
"Je... vous écoute, Mademoiselle..."
"Bon, plus sérieusement, il faut que je t'avoue franchement: tu es bien sympa, mais collant. Pas forcément physiquement, mais par email SMS ou téléphone j'arrive pas à avoir quelques minutes pour moi. Et ça me pèse. Pour parler mieux français, c'est chiant. Alors à partir de maintenant, c'est moi qui te contacte quand j'ai envie de discuter ou de te voir, OK ?"

Je restais presque la bouche bée. Essayant de ne pas tenir compte de la vexation, je me demandais si je n'étais pas en train de rêver. Allais-je pouvoir avoir la paix pendant quelques temps? Pourrais-je essayer de draguer tranquillement sur meetic ou msn sans que Mademoiselle vienne me perturber et pleurer que je ne m'occuper pas assez d'elle?
Plus grave, est-ce qu'il serait possible que cela me manque? Je n'en savais rien, mais me rassurait en me disant que, comme chacun sait "souvent Mademoiselle varie, et bien fol est qui s'y fie".

"Oh, tu m'écoutes ?"
"Hein? vi vi - raah - oui oui Mademoiselle, je vous écoute."
"T'as compris ce que je viens de te dire ?"
"Oui, j'ai bien compris."
"Et qu'est-ce que t'en penses ?"
"J'en pense que je ferai ce qui sied à Mademoiselle."
"OK, c'est dans la boîte. Et propos de boîte, tu veux une bière, peut-être ?"
"Pour fêter ça ?"
"Oui, pour fêter... Hey, petit con c'est à moi de le dire, ça!"

C'est ainsi que vendredi soir Mademoiselle A. et moi avons conclu... que je ne devais plus l'approcher à moins d'un kilomètre. Pour l'instant ça me convient très bien.

Repost 0
Published by injektileur - dans mademoiselle a.
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 18:59

ou quand Mademoiselle A. se retrouve chez moi après moultes négociations

(extrait de dialogue pris sur le vif, ce jour vers 18:00)

injektileur: Dites, A...
Mademoiselle A. : Vi?
i : Vous n'avez pas un peu l'impression de squatter de trop, ici?
A : MOA? Pourquoi tu dis ça?
i : j'en sais rien, juste un vague sentiment d'être envahi, comme ça...
A : Hiiii, trop choupi le petit bonhomme en fond d'écran, c'est le même que ton avatar.
i : euh, oui...
A: Ah, et t'as même une petite figurine pareille! Cro belle!
i : oui, effectivement, mais A... à vrai dire j'essaye de parler un peu sérieusement, là...
A : vi, je t'écoute
i : ce n'est pas que vous me gênez dans mon gigantesque élan créatif, mais... je sais que vous faites peur à mes lecteurs, surtout à mes lectrices, en fait... elles osent pas m'approcher!
A: arrête tes salades, si elles voulaient t'approcher elles l'auraient fait depuis longtemps!
i : vous n'êtes pas gentille, et vous n'en savez rien!
A : meuh si je le sais, à part moi, ta mère et ta soeur, je sens bien que ton appart a pas vu de meuf depuis ton arrivée!
i : hé, mais vous n'en savez rien, je vous dis! Et Hildegarde, alors, hein?
A : mais arrête avec ta Hildegarde, je sais qu'elle existe pas, ou alors si elle existe, c'est un de tes copains brésiliennes dont tu me parles tout le temps!
i : A, vous êtes juste insupportable... snirf, et vous avancez des choses dont vous n'avez pas idée. Hildegarde est une vraie fille!
A : Mouais, bref, voyons ces stats...
i : NAAAAN!
A : Quoi, c'est tout? Et les trucs cochons en recherche sur google c'était vrai?
i : boui... snif
A : Alors voyons voir "ma mère très gros zizi pipi blanc dans la bouche", wah, c'est pas des blagues?
i : non, c'est la stricte vérité... y'a réellement des gens qui arrivent sur mon site en tapant ça... C'est horrible j'ai l'impression d'être télépathe à tiers temps...
A : Alors il vaut peut-être mieux pas que t'aies pas trop de lecteurs... C'est bien parti en tout cas! (grand sourire)
i : mais vous êtes une teigne, A! Si vous vous contentiez d'être sympa avec moi, mais même pas! Vous squattez, et vous êtes une teigne!
A : Allez, arrête de pleurer, elle reviendra Hildegarde. Hey, j'ai beau regarder partout dans ton zoli ordinateur, je trouve rien de cochon, c'est normal?
i : snif, oui, ça s'appelle les compétitions officielles de bridge en streaming.
A : petit et malin, avec ça...
i : dites, et Monsieur D, il va pas finir par râler?
A : Ah, zut, tu fais bien de le me rappeler, j'ai du retard sur mon coup de fil de 16:30 je te laisse deux secondes, je vais à la cuisine.
(injektileur now playing Mike Oldfield, "the exorcist")
(grognements sourds, puis cris, puis hurlements et enfin grand bong brutal)
30 minutes plus tard.
A (ensanglantée): Super il l'a mieux pris que je pensais.
i : chouette

Repost 0
Published by injektileur - dans mademoiselle a.
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:33

Il est des fois où il faut savoir faire une entorse à ses principes moraux fondamentaux. En espérant ne décevoir personne par mon attitude bassement autocentrée, je crains devoir aujourd'hui vous parler de ce que j'ai fait depuis 2 jours.
Ce n'était pas dans le programme. Je devais publier une nouvelle nouvelle (oui, inédite et tout) mais il s'est avéré que j'ai été mis en retard. Et oui, avec toute la mauvaise foi ironique du monde, ce retard est complètement indépendant de ma volonté.

Vendredi soir sont arrivés de très loin des amis que je n'avais pas vu depuis 3 ans. Des Japonais venus avec des milliers de concitoyens pour des vacances au centre desquelles doit avoir lieu une sorte de colloque, suivi d'une fête ce soir. Très collants, ils m'ont tenu le bout de gras jusqu'au tout dernier métro. J'ai été obligé de les retrouver ce matin, et de les emmener au musée d'Orsay, bondé de chez bondé. L'horreur, vous imaginez bien. Ils avaient heureusement la fête mentionnée au-dessus à préparer et m'ont laissé partir. Je tremble à l'idée de devoir y retourner demain...

Pourtant, si je n'étais pas au bout de mes peines, le pire a eu lieu hier soir. J'ai rencontré une personne, dont le nom restera codé pour préserver son identité et son intimité, et que j'appellerai donc Mademoiselle A. Mademoiselle A. est une jeune fille qui m'a trouvé sur le web, je ne sais comment, et qui s'est entichée bizarrement des petits trucs que j'écris. Cela fait donc plus d'un mois qu'elle me tane tous les jours pour que nous nous rencontrions. Ne voulant pas la vexer, j'ai été obligé de traverser tout Paris dans un métro bondé pour la retrouver. Il faut beaucoup se méfier d'elle, car sous ses airs de joli brin de fille innofensive, elle cache de méchantes capacités spéciales indétectables. Dans mon cas, elle a réussi à me faire acheter à l'improviste du papier toilette (véridique, alors que j'ai normalement besoin d'une préparation psychique conséquente pour le faire) et à me demander ce que je pensais de son choix (véridique aussi!). Ensuite elle m'a fait boire de la Kro (un exploit) qui était ouverte depuis un laps de temps que je vais taire sous prétexte de donner des hauts-le-coeur à mon lectorat. Aujourd'hui je vais bien, et je pense que c'est un miracle. Ensuite, plus gros miracle encore, nous sommes allés dans un restaurant japonais (ceux et celles qui me connaissent comprendront ce qui tient du miracle ici) où nous avons bien mangé, bu et parlé de plein de choses. Utilisant le subterfuge facile de l'alcool, Mademoiselle A. a fini par me faire dire des choses que normalement je ne raconte qu'aux hommes en blanc avec des petites pilules rouges ou bleues. Après cela nous sommes rentrés chez elle et c'est là qu'elle aussi m'a tenu la jambe pendant des heures entières à ne parler que d'elle et de ses trucs de fille trop girly machin chose, ces derniers achats chez Mango ou Zara ou Mango, son journal de mode avec ses copines etc...
Elle m'a aussi parlé de ces goûts musicaux, pourtant, ici, la descence artistique m'autorise à peine à l'évoquer. Sans même mentionner sa passion pour les grosses cylindrées, dont elle a honte, à raison.
Vers l'heure du dernier métro (que j'ai raté), Mademoiselle A. a consenti à me laisser partir parce que j'étais fatigué. Je vous assure que sans ça, elle-même était partie pour jacasser toute la nuit.
Bref, la pire soirée de ma vie depuis que je suis arrivé à Paris, au moins.
Et bien entendu, personne ici ne connaît Mademoiselle A. En revanche, si par hasard elle me lit je lui dirai que tout ça n'a pas d'importance, à part pour le coup du PQ que je ne pardonnerai JAMAIS. Vous m'entendez, Mademoiselle, JAMAIS! Et il est hors-de-question que nous remettions ça à l'avenir... Na, d'abord!

Pour finir, je suis bien embêté car mon second principe intangible est de ne pas utiliser de smileys. Alors comme ici il est évidemment indispensable pour comprendre l'ensemble de cet article, veuillez l'imaginer vous-même, en très gros: Il s'agit d'aligner en majuscule l'anté-pénultième lettre de l'alphabet avec la quatrième, avec un peu plus loin, en plus petit deux points et un p qui les suit.
J'espère surtout publier "la robe jaune" demain et redevenir un peu sérieux la semaine prochaine pour ne pas decevoir Madame P. une nouvelle fois.

Repost 0
Published by injektileur - dans mademoiselle a.
commenter cet article

Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme