Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 04:48
Cela fait un moment que je cherche à mettre le doigt sur ce qui me plaît, plutôt que de perdre du temps à m'assurer que je sais parfaitement ce qui ne me plaît pas. S'affirmer dans la négation n'amène à rien. Du tout. Chercher l'unique et l'indivisible, ou l'extraordinaire non plus. Attendre quoi que ce soit de quiconque encore moins. Alors rions un peu à la place. Pour changer. Pour ne faire de mal à personne. Pour ne pas avancer, sans reculer pour autant. Parce que comme disait le Chat de Geluck, le rire est le propre de l'homme, le savon aussi.
(il n'y a pas si longtemps, le fait même que vous puissiez déjà connaître cette vidéo m'aurait gravement bloqué. J'ai 29 ans maintenant, je pense que je grandis.)




edit 3/2/11 : la vidéo a été supprimée, comme vous pouvez le constater, je vais en chercher une similaire.
edit 8/2/11 : ayé
Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 04:19

"A quatre heures du matin, on ne fait rien en général et l'on dort, même si la nuit a été une nuit de trahison. Oui, on dort à cette heure-là, et cela est rassurant puisque le grand désir d'un coeur inquiet est de posséder interminablement l'être qu'il aime ou de pouvoir prolonger cet être, quand le temps de l'abscence est venu, dans un sommeil sans rêves qui ne puisse prendre fin qu'au jour de la réunion."

 

Albert Camus, "La peste" - 1947

 

 

CQFD?

Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 01:54

Pour ceux que ça intéresse et qui auront remarqué - on sait jamais - j'ai eu la faiblesse d'utiliser beaucoup le comic sans ms ces derniers temps dans mes articles. Je sais pas pourquoi, il semblerait que cette police aie mauvaise réputation. Ca doit être son côté outrageusement mignon. Et pourtant, c'est volontaire de ma part, ça contrebalance la lourdeur de mes propos., et tout le toutim. Et c'est ce qui semble insupporter l'intelligentsia internet graphiste de mes deux. Mais bon, même très basique c'est donc presque réfléchi, toujours un peu dans le paradoxe, et tout et tout. Je suppose que certains et certaines  autres trouveront à y redire - j'ai une idée de qui, s'il tombait on sait jamais sur ces lignes - quoi qu'il en soit je ne sais même pas si je vais devoir me restreindre à des trucs plus traditionnels et moins "populaires".

Et pourtant, j'ai aussi un penchant pour les machins populaires > voir article un peu plus bas.

M'enfin pour les râleuses et râleurs spécialiste de la chose graphique, je leur dis zut, et je leur chante que je suis chez moi, et que je me fous à poil, si je veux. Point.

Et je risque de vouloir les faire hurler exprès à coup d'andale mono pour qu'il comprennent leur douleur.

Mwahahahahar.

Kawaii rules.

Je me demande quand même si ça a eu une influence sur mes merveilleuses stats...

 

 

 Bref, même Hitler est pas content et c'est tant mieux.

 

 Pour ma défense, c'est pas comme si j'avais des tonnes de choix avec overblog, croyez-moi.

 

 

 

 
ps edit rapide: bon, j'ai bien rigolé mais j'ai quand même changé certains articles avec le peu que j'ai de disponible. Je suis un homme de concessions, n'est-il pas ?
Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 19:21

Eh oui, ça arrive et c'est jamais celle qu'on croit. Mes amis je suis coupé d'internet (travaux paraît-il mweh) depuis hier et je pensais pas que ce serait aussi compliqué pour moi à gérer. J'ai pas l'habitude, en fait, depuis que je me suis abonné ça a plutôt très bien marché. Et c'est vrai que c'est pas comme si je vous donnais des nouvelles tous les jours ces derniers temps, mais je tiens à préciser que si ça dure (on m'a dit demain, mais je m'attends à tout, forcément) ce sera contre ma volonté.

ouala.

Je vous le souhaite pas, en tout cas. On se sent à poil, vraiment.

Portez-vous bien, sinon, et profitez du beau temps.


Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 16:30

Oui, je sais, c'est fondamental que vous sachiez, mais bon, autant que vous le sachiez, je vais m'absenter un moment, à la mer, oui, vive le plouf. J'espère revenir avec des trucs géniaux à vous sortir ici-même, notamment au niveau de mes fictions que vous n'attendez plus, j'imagine. Je devrais être de retour dans le courant de la semaine prochaine, avant le 17 en tout cas.

Portez-vous bien.

Et comme je suis pas chien, voire extrêmement généreux je me permets de vous ressortir un (très) vieux truc que j'ai retrouvé, daté du 13 décembre 2004 apparemment (oui, j'ai la manie de dater à peu près tout dans le peu que j'écris, et j'en suis pas fier...), et que j'ai annoté avoir écrit en cinq minutes.

Enjoy, comme d'habitude, et soyez pas trop sévères.

 

 

 

 

 

Imaginer le pire, et se dire que c'est encore pire que ce que l'on imagine. Souvent, ou parfois, rarement jamais, et avec les nuances toutes les nuances d'une vie monocordalement monophone. Approcher la vérité et se rendre compte qu'elle fuit plus les savants perclus de courbatures cérébrales que les ignorants à moitié sains de corps et d'esprit, pour réaliser le film de sa propre médiocrité avec un plaisir incommensurable. Puis mourir. Et renaître quelque part n'importe où ailleurs, partout sauf ici, avec du vomi sur les doigts. Ou du moins, espérer.

Revivre alors, peut-être pleinement, rarement, pourtant, sa vie finalement bien peu différente de celle d'avant. Parce qu'avoir imaginé le pire, et s'être dit que c'est encore pire que ce que l'on imaginait. Finir par pleurer. Finir de pleurer. Et vivre. Probablement.

Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 23:48

(Imaginez une voix rauque et sexy qui vous lit le texte suivant)

 

 

Je n'ai toujours pas trouvé Alice. Je me perds dans les ténèbres et la Grande Ombre se fait de plus en plus pressante pour que je termine le jeu. Je dois être un peu lâche pour vous abandonner comme ça, mais c'est pour elle - ma femme, pas l'ombre -  que je dois aller jusqu'au bout, seul avec ma (grosse) lampe torche dans une main, et accessoirement un fusil à pompe dans l'autre. J'ai aussi des fusées de détresse et des feux que je sais même plus comment ils s'appellent. Je joue trop. Je me perds.

Alice...

Argh...

 

 

 

(Tout ça pour dire qu'Alan Wake est un bon jeu, un minimum prenant, que je vous reconseille. )

 

 

PS : Fais pas comme Axel Bauer, éteins pas la lumière.

Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 23:54

Bonjour,

le cerveau d'injektileur, ou du moins ce qu'il en reste s'est mis en pause pour la journée.

Moi, Jeanfoutrux 3.8.5 ai été nommé en remplacement provisoire pour remplir le blog de mots aléatoires. Apparament bloqués, parce que mes capacités artistiques sont médiocres, encore plus que celles du maître.

Ma déiontologie de logiciel m'interdit tout essai prolongé.

CQFD.

Triste sort.

Fatigue, il paraît.

Epuisement probable.

Implosion imminente.


Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 23:58

Quand j'étais petit je croyais qu'au cinéma, quand on mourait, on mourait vraiment. Je veux dire même les figurants. Je me disais qu'il devaient trouver ça cool de mourir devant les caméras. Preuve que ce que j'avançais était vrai, les méchants qui mouraient, eux, ne revenaient jamais dans un autre film, alors que les gentils survivaient toujours et continuait leur carrière sans trop de mal, au contraire. Logique implacable que j'ai gardé plantée pour moi assez longtemps, puisque je me rends compte que je n'en avais jamais parlé à mes parents. Et ma gentille maman ne m'aurait jamais laissé croire des énormités pareilles.

Je pense donc que j'étais déjà pas très clair dans ma tête. Inutile de confirmer pour retourner le couteau dans la plaie.

Cette histoire m'est revenue un jour où, il y a quelques années maintenant, mon voisin de l'époque, quand j'habitais l'autre côté de Paris, m'a montré un extrait du premier "Mad Max" où on voit clairement un cascadeur mourir en pleine action.

Et cette même terrible sensation m'a repris en voyant (très succintement) sur les écrans la mort de Nodar Kumaritashvili, le lugeur géorgien mort juste avant les derniers JO.

Je parlais de tout ça avec Toufik (prénom changé blabla) mon épicier préféré, et il était parfaitement d'accord avec moi, puisque nous avons la même culture et les mêmes goûts en matière de cinéma et de jeu vidéo, qu'il y a un monde entre la mort d'un sportif en pleine action comme je viens de le citer, et les milliers de millions de morts virtuels qui innondent nos écrans en dehors du journal télévisé. Malgré ce que je viens de dire sur mon enfance et qui peut paraître paradoxal ici, c'est évidemment, pour 99% des personnes, deux mondes complètement à part. Dans les jeux de guerre, j'ai d'ailleurs toujours eu horreur des américains, pour leur préférer largement leurs adversaires nazis ou soviétiques. Et ça ne dérange pas plus de mitrailler, déguisé en terroriste, des centaines de pauvres civils innocents dans Modern Warfare 2.

En revanche, tout ce qu'on voit au 20 heures, toutes les horreurs de la dernière guerre qu'on a réussi à filmer, et le reste, la réalité réelle ne sortiront jamais de mon esprit comme choses acceptables, ou passées. Accident ou pas. Je n'oublie pas la mort de quelqu'un devant une caméra. Et encore moins devant mes yeux.

Je voulais juste enfoncer des portes ouvertes par rapport à ce qui ressort régulièrement, trop régulièment sur la violence et les médias.

L'un des premiers films violents que j'ai vu c'est, je crois, "un justicier dans la ville" avec Charles Bronson. Une histoire de vengeance assez banale et crue. Je m'en "souviens" surtout parce que c'était mauvais et cliché, et pas foncièrement parce que j'ai été choqué outre mesure. Je vivais à l'étranger, et à peu près la même époque je crois, c'est un autre film qui m'a pour le coup retourné. "Le faux coupable" d'Alfred Hitchcock. Pas son plus connu, loin de là. Pas son meilleur, loin de là encore. Pourtant je n'oublierai jamais cette histoire (que je n'ai pas revue depuis) mais abrégeons. Il y a là matière à un futur article.

 

Pour l'instant mon message reste et restera : URL étripez-vous en paix mes chers frères mes chères soeurs.

Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 23:48

Occupé.
Et désolé.
Oui, je suis déjà très occupé à sauver ou à tuer des petites soeurs face aux fous qui les chassent, et aux terribles grandes soeurs qui sont censées les protéger.
Je vous en dirai plus bientôt, comme convenu.
Quel bonheur de se travailler l'esprit dans la violence virtuelle quand cet esprit ne demande qu'à s'évader et à oublier ses souffrances, sans parler du corps qui sait se rappeler à votre bon souvenir.
De mon côté j'avais presque oublié à quel point massacrer tout le monde sur un écran me faisait du bien.
Quand à savoir si je mets Océane, Tamise et les autres trop à l'écart depuis le début de l'année, je dirais que non, je suis pas autant leur créateur que leur "protecteur".
Qui a dit excuse bidon?


le "protecteur" est un héros du jeu video sur lequel je ferai donc un article très prochainement.
je voudrais finir ce dernier, avant.
logique.

Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 21:01

Ce n'est pas comme si c'était fait exprès. Ni comme si c'était complètement involontaire non plus. Assumer.
Avec la sortie de "Dante's Inferno", un bon beat'em all bien bourrin comme je les affectionne, coincide le retour de mes envies inutiles de lire la Divine Comédie. Inutiles envies car terriblement réprimées par mon épuisement constant et la crainte de ne pas saisir dans son entier ce chef-d'oeuvre.
En lisant juste un peu wikiwiki, j'ai retenu, car je ne prétendrai pas l'avoir su auparavant, que le dernier des neuf cercles de l'enfer est celui des traîtres.
Y'a pas à tortiller, il savait y faire, ce Dante.
Il y donne des exemples très précis et par définition ô combien religieux, mais pour ma part, à parcourir un pdf tout pourri rempli par une (très) vieille traduction qui me paraît bien douteuse, je crois que l'essence de la nature humaine est résumée en ces cercles concentriques au milieu desquels le vide se fait.
La trahison reste la lie de l'humanité, bien au-delà d'un dieu qui selon moi n'a jamais existé. On trahit ses parents (famille, amis et proches), ses hôtes (protecteurs? nation? patrie??) et son bienfaiteur (Dieu ou ses donateurs). Même dans leur acception la plus large, et Dante ne se mettant loin s'en faut jamais au-dessus de quiconque, il ne faut pas non plus oublier la traîtrise à ses idées, ses idéaux, ou à soi-même en général. Je pense que cette trahison là n'a pas d'égal, car elle ne peut malheureusement être jugée par personne d'humain, même si c'est la haine qui finit toujours par parler dans chacun ces cas-là.
Je me souviens des "7 vies de l'épervier" quand le héros se voit jurer à son frère que la fille de ce dernier est bien la sienne, pour le voir ensuite s'éloigner et dire (à peu près) ces quelques mots qui ont marqué mon enfance: "Pardonne-moi, mon cher frère, mais à l'heure du jugement, cette nouvelle trahison n'aura que peu d'importance"
Je me demande bien pourquoi je me souviens de ce passage précis. On m'a beaucoup trahi dans ma vie, et malgré mes efforts, je suppose que j'ai dû trahir aussi. Je suppose que c'est en relation avec ma peur panique de l'abandon, de la moquerie, de la honte et oui, de la mort.
Je n'en sais rien. Dante est mort un tout petit peu moins de 660 ans avant ma naissance, en 1321. Et je suis tout à coup soulagé de ne pas être né en 1987.
Traverser les siècles pour raconter des choses que jusqu'à leur fin les humains seront en mesure de comprendre.
Il faut toujours se confronter aux classiques, même petit à petit.
Car il est toujours nécéssaire sinon vital de se sentir petit.
Parfois.




"Je m'arrêtai alors, chancelant et transi, dans un état que la parole ne saurait
exprimer : ce n'était point la vie, ce n'était point la mort ; eh ! qu'étais-je donc
hors de l'une et de l'autre !..."

Dante Alighieri, la divine comédie, chant XXXIV

Repost 0
Published by injektileur - dans remplissage
commenter cet article

Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme