Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 22:50

(dialogue-fiction)
 
 
(dans les limbes)
 
I: Ah, te voilà, toi.
K: Mmm ?
I: Ca fait longtemps que je te cherche, en fait.
K:  Désolé.
I: T'as pas à être désolé. Je t'imaginais un peu plus grand et moins maigre, c'est tout.
K: Désolé.
I: T'as pas à être désolé, je te dis. En plus ça n'a aucun rapport. Je croyais que tu serais enfin plus en forme, par ici. Mais apparemment, j'avais un peu tort.
K: Bof, non, ça va pas trop mal.
I: Ca fait un bail que t'es parti, maintenant, quand même.
K: Je sais, je me rends pas trop compte.
I: Tu vas me dire qu'on perd la notion du temps ?
K: En gros, oui. On a juste le droit de jeter un coup d'oeil en bas, tous les 5 ans selon votre calendrier, à peu près.
I: Et tu regardes quoi ?
K: J'ai regardé ma fille grandir,  et c'est à peu près tout. Le reste est déprimant, et j'ai pas besoin de ne pas regretter ce que j'ai fait.
I: Désolé.
K: Bah toi non plus t'as pas à être désolé. T'y es pour rien je pense.
I: J'imagine.
K: Et tu voulais me demander quelque chose en particulier ?
I: Ben finalement, je me dis que je dois pas être le seul, alors non, c'est ridicule, t'apparais comme ça, tu sors de nulle part, ça veut rien dire.
K: Je suppose. Mais c'est pas comme si c'était vraiment important.
I: Pour moi, ça l'est. Mais je suis un peu démotivé et t'es pas le genre de mec qui saurait m'aider.
K: Si tu le dis...
I: Je veux pas te vexer, non plus, mais bon, t'admettras que ta vie et ta fin ne sont pas des plus gaies.
K: Je crois que j'ai pas mal eu de joies, aussi, mais c'est vrai que j'ai tendance à les oublier, c'est mon tempérament. Désolé.
I: Arrête un peu d'être désolé, ça sert à rien là où on en est. Et ça te ressemble pas.
K: Comment ça ça me ressemble pas ? Tu me connais ?
I: J'ai lu ta biographie attentivement, 2 fois, et ton journal intime aussi.
K: Mon journal ? Me dis pas qu'elle a fait publier ces trucs ?
I: Si.
K: C'est pas comme si ça m'étonnait. Mais c'est pas du tout ce que je souhaitais à la base.
I: Et t'espérais quoi ?
K: J'en sais rien, mais pas ça.
I: T'as toujours été un menteur, ça, c'est clair.
K: (soudain irrité) Merci pour le compliment.
I: Je dis pas ça pour te vexer, mais faut appeler un chat un chat. T'étais égoïste, souvent hypocrite avec tes proches, boudeur et menteur avec tout le monde, à des niveaux différents.
K: (toujours irrité) Vas-y enfonce-moi et enfonce-toi pareil.
I: Arrête un peu, j'essaye simplement d'être franc. Et pis c'est pas parce que tu m'as sauvé la vie que je peux pas voir tes défauts.
K: Sauvé la vie ? T'es bien prétentieux. J'ai dit ce que j'ai dit à l'époque uniquement pour pas passer pour un monstre auprès de ma fille. C'est tout.
I: Donc t'es bien un gros égoïste. Y'a des gamins et des gamines qui t'ont suivi quand t'es parti.
K: Je sais. Je les ai croisés.
I: (le réprimandant) Et tu vas leur dire quoi, à leur famille, que t'es désolé aussi ?
K: (s'énervant peu à peu) Arrête de me faire chier avec ça, j'avais rien demandé, c'est ça, la vérité.
I: La vérité, ou ta vérité ? Hein ? Tu dis que t'avais rien demandé, mais tout le monde sait que tu t'y étais préparé toute ta vie, et t'en parlais souvent, et tu mentais, et t'écrivais même des fausses interviews de toi et de ton groupe. Alors assume, un minimum, OK ?
K: (sarcastique et toujours énervé) Tu connais vraiment rien à rien, et tu oses me faire la leçon ? T'es pas la moitié d'un petit con non plus, tu sais, ça ? Et si tu savais pas, crois-moi, je te le confirme.

I: (déjà lassé) Je crois qu'on est déjà dans une impasse, tous les deux.

K: (toujours ironique) C'est évident, tu t'attendais à quoi ?

I: A rien, rien du tout. Surtout pour ce que j'étais venu te demander, vaudrait mieux pas que j'insiste.

K: (plus compréhensif) Arrête de tourner autour du pot, et accouche, un peu.

I: ...

K: Allez...

I: Bon, ben... Tu vois, je vais bientôt avoir 29 ans...

K: Félicitations. Mais qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ? Et je reste poli...

I: Toujours poli, c'est important. Au fait, depuis quand tu parles français ?

K: Cherche pas... Allez, pose-moi ta question et laisse moi tranquille.

I: Ben justement, c'est ça mon problème.

K: ... C'est à dire ?

I: Ici, c'est chez moi. Tu es chez moi, dans ma tête. Et j'aimerais que tu t'en ailles.

K: Hein ? C'est une blague ?

I: Je suis on ne peut plus sérieux. Tu es mort depuis longtemps et tu me pollues l'esprit. Le prends pas mal.

K: (un peu perplexe, après quelques secondes d'hésitation) Non, je comprends, en fait.

I: Certains vivront avec toi toute leur vie, mais moi j'en ai aucune envie. Quand t'es mort, t'étais un peu comme un oncle. Puis t'es devenu un grand frère, puis un frère, un frère jumeau. Et là tu passes au stade de petit frère. Et je veux surtout pas que tu sois mon fils et mon petit-fils, avec les années qui filent.

K: (un peu triste, et surpris) Je vois. C'est stupide, comme façon de voir les choses, mais on est chez toi. J'y peux rien J'irai ailleurs, alors...

I: T'es pas fâché ?

K: Non, si ce que tu racontes est vrai, si je suis là c'est uniquement parce que tu as l'impression de me connaître depuis longtemps. Mais c'est faux, et prétentieux, et tu le sais.

I: Je sais bien. Mais la vérité, même si tu faisais partie intégrante de moi, c'est que t'es mort,  bien mort, et que ton corps a depuis longtemps fini de nourrir les vers...

K: (l'interrompt sèchement) J'ai été incinéré.

I: Ah oui, c'est vrai, tant mieux pour toi, autant pour moi.

K: Et je fais quoi maintenant ?

I: Je te l'ai dit, y'a des millions de gens qui seront ravis de t'accueillir. Et ils te permettront de garder un oeil sur ta fille, j'imagine.

K: J'espère. Je l'aime tellement.

I: Pourvu que ça dure.

K: Et maintenant, je fais quoi ? Tu vas créer genre un portail ou une porte que je vais devoir passer ?

I: Non, non, dans mon esprit je préfèrerais que tu t'évanouisses, que tu disparaisses petit à petit.

K: (cherchant ses mots) Comme dans Retour vers le Futur ?

I: (riant) Comme dans Retour vers le Futur.

K: (toujours triste, voire gêné) J'ai toujours eu du mal avec les adieux, les mots de la fin, et tout.

I: Je suis pareil, t'en fais pas.

K: Notre dialogue, là, c'est pas du Kurosawa.

I: (éclate de rire à nouveau) Non, c'est clair.

K: C'est comme ça que tu l'avais prévu.

I: (soudain plus sérieux, et triste) Non, du tout.

K: Tu me regretteras pas ?

I: Si, sûrement, mais je sais que je fais le bon choix.

K: Désolé.

I: Arrête. C'est moi qui suis désolé.

 

(I. regarde ses pieds deux secondes, et alors qu'il relève les yeux, K. n'est déjà quasiment plus visible. Leurs regards ont à peine le temps de se croiser mais K. semble finir aveugle. I. se retrouve enfin seul et se met à trembler fort de façon incontrôlée)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by injektileur - dans nouvelles
commenter cet article

commentaires

AnGeLe 20/08/2010 19:53


Et au fait, tant que j'y suis, tu ne viens pas demain soir ?

Bisous !


injektileur 21/08/2010 01:21



non, désolé, je croyais avoir répondu. Quoique ça m'aurait donné une occasion de finir mon super article sur Evreux :p :p



AnGeLe 20/08/2010 19:47


Ce genre de relation... Par-delà les limites de la vie... Ce n'est possible qu'avec quelqu'un que l'on a pas connu... Je pense. Ou du moins qu'on a connu de façon impersonnelle.
Pour ce qui est de la forme : en fait, ce genre de texte, je le vois prendre vie, c'est-à-dire joué. Tu vas pas trouvé deux cobayes et les filmer ? ^^

Je me répète mais selon moi, tu exploses les cadres d'un blog... Je ne suis peut-être pas très objective cependant c'est ainsi que je le ressens lorsque je te lis.

Bien à toi.

Mademoiselle A.


injektileur 21/08/2010 01:20



tu sais bien que je raconte n'importe quoi 99% du temps :p par rapport au reste, j'ai trop vu de films pendant toutes ces dernières années, et je suppose que tout ce que j'écris est influencé
par la mise en scène de film, genre plans, cadrages, etc... ou sinon je me la joue à le penser. Si j'avais pu, j'aurais adorer être scénariste ou réalisateur, c'est clair. Mais non, j'ai pas de
projet tel à court ou moyen ou même long terme.


merci toujours ^^



Introducing...

  • : pour la main gauche
  • pour la main gauche
  • : des essais d'essais de romans en ligne, avec des nouvelles aussi, de la musique, de la poyézie, des traductions, quelques jeux vidéo et des bouts de pseudo-réflexions personnelles dedans...
  • Contact

injektzik

Sur Le Long Terme